La Petite Histoire… des cinémas Studios

Le Cyrano, le Palace, le Rio, le Caméo, le Majestic, l’ABC, le Rex… Fut un temps (que les moins de vingt ans… ♫♪♫) où Tours comptait dix-neuf salles de cinéma et pas moins de trois ciné-clubs. C’était les années 60, l’heure était aux petites salles de quartier, où l’on diffusait un ou deux films chaque semaine.

Mais le petit écran concurrence le grand et la fréquentation baisse, qu’on soit rue Nationale, place Jean Jaurès ou rue Emile Zola ! Malgré ce contexte peu encourageant, des passionnés se lancent dans l’aventure. Le Myriam-Ciné, rue des Ursulines, appartenait à l’école Saint-Gatien dont les internes savouraient quelques films en semaine, tandis que la salle s’ouvrait au public le week-end. Comme les affaires vont mal, l’évêché contacte le prêtre d’Ambillou, Henri Fontaine, acteur culturel dans le bourgueillois. Ni une, ni deux, après s’être assuré d’une totale indépendance, Henri Fontaine et l’association TEC – Technique Education Culture reprennent les lieux en 1963. Vous l’aurez deviné : le cinéma Studio est né, et le père Henri est son papa !

Le cinéma de patronage se transforme en salle flambant neuve : fauteuils rouges confortables, projecteur 35mm, bref, la pointe de la technologie. Et pour la première du 9 mars, un chef d’œuvre d’Hitchcock qui fait froid dans le dos, Psychose.

Jusqu’en 1968, rythme de croisière : une programmation à l’année, un thème chaque mois, de Bergmann à la Nouvelle Vague en passant par le western… Les adhérents paient 2 francs la séance, les autres 2,50F, ce qui ne suffit pas à financer les activités de l’association : les publicités ont droit de citer dès les débuts du Studio. Une situation que les habitués suivent de près grâce aux Cahiers qui leur proposent aussi fiches et critiques sur les films prévus.

Le cinéma associatif a le vent en poupe, et ouvre sa deuxième salle en 1968 : le Mini-Studio, salle fumeurs de 48 places. Avec ou sans vapeurs tabagiques, le programme s’étoffe avec deux films par semaine, puis une troisième salle achetée en 1971… rue Edouard Vaillant, qui sera rapatriée aux Ursulines en 1981. Le Studio 4 créé en 1975 est quant à lui situé dès le départ à deux pas des premières salles, dans l’ancien réfectoire de St Gatien.

Le nombre d’entrées est en constante augmentation, mais tout n’est pas rose pour les Studio : en 1985 un incendie ravage trois salles. Qu’à cela ne tienne : les adhérents, des associations, la presse et les Tourangeaux se mobilisent pour financer la reconstruction, un pour tous et tous pour les Studio ! Combattants culturels de la première heure, adhérents et cinéphiles continuent de fréquenter durant les travaux les deux salles épargnées par les flammes.

Militantisme, lutte contre l’hégémonie culturelle, … les principes réaffirmés en 1975 vous disent sans doute quelque chose, puisque le Studio les vit encore aujourd’hui ! Et vous êtes plus de 25000 abonnés à savourer chaque année les festivals variés et films de qualité que proposent ces passionnés.

CES ARTICLES PEUVENT VOUS INTÉRESSER

DERNIERS ARTICLES

PUBLICITE

Agenda 100% Officiel

E-ticket à imprimer chez vous

+ 10 000 événements/an

Des bons plans toute l’année

L’actualité de vos artistes

Le PROG! vous propose une sélection complète et variée d’événements culturels et sportifs. Au programme, des concerts, des pièces de théâtre, des expositions, des festivals et bien plus encore !

À PROPOS

RÉSEAUX

AIDE