L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

...des crêpes

Sortons nos binocles de savant pour vous narrer l’histoire de la crêpe de l’Antiquité à nos jours. Eh oui, la crêpe n’est pas née de la dernière pluie ! Même s’il faut bien avouer que son ancêtre romain n’avait pas grand-chose à voir avec la fine crêpe à la farine de froment qu’on déguste volontiers à la Chandeleur ou en d’autres occasions. C’était alors une bonne grosse galette mitonnée à l’aide des céréales du coin qu’on mélangeait à de l’eau.

L’ancien français parle ainsi de «crespe» pour se référer à une pâtisserie dont le genre n’est pas franchement bien défini…  Au XIIIe siècle on trouve par exemple la mention d’une préparation qui mélange des œufs, du beurre ou de la graisse, de la farine et sans doute du sel, parfois du vin… Ragoûtant, non ? Et pourtant, cela peut à l’époque servir de bout de pain quotidien !

Pendant ce temps-là, en Europe, le sarrasin est ramené d’Orient : même si on l’appelle aujourd’hui blé noir, il y a tromperie sur la marchandise puisqu’il ne s’agit pas d’une céréale mais d’une plante ! Arrivée sur notre continent à la fin du Moyen-âge, cette «plante des cent jours» qui fleurit en trois mois apprécie les sols acides et humides. Au risque de déplaire aux Normands et Bretons, c’est donc par chez eux qu’on la cultive le plus !

Mais la Bretagne n’a pas le monopole du sarrasin puisqu’on le produira aussi en Auvergne, dans le Limousin ou même dans les Pyrénées.

Autant de régions ayant chacune leur galette ou crêpe de sarrasin : en Auvergne on trouve ainsi le bourriol, aliment de base du travailleur de la région, tout comme la galette bretonne qui est le plat du pauvre ou du paysan... avant que la galette-saucisse n’envahisse les stades de foot aujourd’hui!

En tous cas, à l’époque, pas de fioritures ni de garniture, galettes et crêpes se mangent telles quelles, jusqu’au XIXe et XXe siècles où l’on y sème toutes sortes de gourmandises.

La légende voudrait par exemple que la crêpe Suzette soit née à la fin du XIXe siècle d’un accident de cuisine dans un palace de Monaco, en présence du Prince de Galles et de son amie Suzette, qui aurait donné son nom au délice sucré !

Glace, chocolat, amande, la complète,… Aujourd’hui la crêpe, salée ou sucrée, blé noir ou froment, se déguste à toutes les sauces ! Et l’on ne va pas se crêper le chignon pour savoir qui de la galette au sarrasin ou de la crêpe au froment était là en premier : origines communes et terroirs variés font évoluer les recettes au fil du temps. Alors pensez juste à tenir une pièce de monnaie dans la main pendant que vous les faites sauter dans la poêle, il paraîtrait que ça porte bonheur…