L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE

DE LA POIRE TAPEE

Au nom de notre engagement pour la paix et la non-violence, nous avons évidemment bondi d’effroi en apprenant la nouvelle : en Touraine, du côté de Rivarennes, des fruits sont maltraités. Des poires, plus exactement. Tapées. Ni une, ni deux, il fallait en apprendre plus sur cette spécialité tourangelle, car bon sang : pourquoi, mais pourquoi donc être aussi méchant ?

Rien de plus logique pour les producteurs qui se lancent au milieu du XIXe siècle dans la production de poires tapées : le phylloxera a détruit les vignes qui nourrissaient la région, il faut trouver une autre ressource.

Ce sera la poire tapée, qu’on produisait déjà mais qui passe alors à la vitesse supérieure. Rivarennes et ses alentours deviennent vite les spécialistes de la production de ce fruit, au point qu’un quart des revenus des habitants du village provient de cette poire séchée.

Eh oui, point de cris de la poire violentée le soir au fond des bois : la poire dite «tapée » est en réalité un fruit sec presque comme les autres, au même titre que le pruneau (qu’on produisait à Huismes) ou la pomme également tapée dont Turquant se fait alors une spécialité.

En plus des quelques jours de séchage dans un énorme four, on « tape » ainsi la poire avec une platissoire pour en chasser l’air et garantir sa meilleure conservation. 18 tonnes de fruits mûrs à éplucher pour obtenir 2 tonnes de fruits séchés, le travail est colossal, mais imaginez donc ! La poire peut alors se conserver des semaines et mois entiers et encore être consommée en fruit sec, ou bien réhydratée !

A l’époque où Monsieur Frigidaire n’avait pas encore doté le monde de son invention, c’était donc du pain béni pour les ménagères, ou les marins qui se permettaient ainsi de petites douceurs au long cours... et une très bonne affaire pour les producteurs qui grâce à ce procédé pouvaient commercialiser ce produit made in Touraine dans le pays entier !

L’arrivée du frigo et de la conserve font d’ailleurs du mal à une tradition qui se perd dans les années 1930, avant de faire son retour à Rivarennes et dans les assiettes des petits et grands chefs depuis une vingtaine d’années… Avec un petit toast de chèvre chaud, on dit ainsi que le mélange est exquis…

 

Photographies : Poires tapées à l'ancienne - Maison Hérin