lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE DU POIVRE

Vert, noir, rouge, blanc, gris… Le poivre nous en fait voir de toutes les couleurs ! Sans parler des autres variétés de cette plante (piper longum, piper cubeba, piper borbonense…), le piper nigrum, plus fréquent dans nos assiettes, se décline en effet en différentes couleurs en fonction de la maturité des baies, de la conservation ou non de la paroi du fruit, du processus de fermentation ou encore du séchage. Le poivre gris dont on saupoudre nos plats est ainsi du poivre noir moulu. Vous suivez ?

En tous cas, en l’honneur de vos ancêtres médiévaux, allez-y mollo sur les quantités : lorsque le commerce du poivre débute en Europe aux alentours du VIIe siècle, les épices sont tellement rares qu’elles peuvent servir de monnaie d’échange. Eh oui, on payait « en espèces », autrement dit, en épices !

Ce n’est donc pas la course à l’échalote qui agite les pays européens du Moyen-âge puis de la Renaissance, mais la poursuite du poivre. L’Italie s’impose en effet comme la seule puissance importatrice de cette denrée précieuse, grâce à ses liens privilégiés avec les négociants arabes et orientaux.

Pour se faire une place, les Portugais se lancent donc dans la compétition. Vasco de Gama, ce nom vous est-il familier ? Le navigateur portugais s’inscrit à la suite de quelques prédécesseurs qui avaient déjà exploré la côte Ouest du continent africain. Etape suivante ? Contourner l’obstacle pour aller vers la plaque tournante du commerce des épices et pierres précieuses : les Indes !

C’est chose faite en 1498, et la concurrence s’installe donc, tandis que la culture du poivrier se développe aussi bien en Asie du Sud-Est que sur les îles de Java, Sumatra, Madagascar, ou aujourd’hui au Brésil…

Plus de 4 millions de tonnes de poivre sont produites chaque année dans le monde. Mais vous, dans votre assiette, quel poivre saupoudrez-vous ?

Rendez-vous au Festival International des Poivres, 29 et 30 juin à St Cyr/Loire.