lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE DU

TEMPS MACHINE

Une machine à remonter le temps ? Non, ici, c’est l’univers des possibles musicaux qu’on explore à toute heure ! Alors que le Temps Machine aura huit ans ce mois-ci, petit retour sur cette salle de concerts pas comme les autres.

Avant, il y avait le néant. Ah non, ça c’est pour les films de science-fiction. Donc : avant, il y avait une MJC à l’ancienne, de celles qui ont fleuri sous l’impulsion de Malraux et de ses successeurs. Mais le bâtiment avait vieilli, on y était à l’étroit, les nuisances sonores étaient de la partie… Ce qui avait commencé comme une simple réhabilitation s’est donc finalement terminé en jeu de « pousse-toi là que je m’y mette » : on a fait tomber la MJC pour y faire naître le LTM (Le Temps Machine pour les intimes). Aux commandes, l’architecte Jacques Moussafir. Pour ceux qui ont connu la MJC, il garde ce côté « proue » qu’avait une partie du bâtiment surplombant le reste, et un aspect brut avec des tons gris, du béton au sol, de l’inox...

Mais si tout a l’air aujourd’hui de couler de source, le programme financé par Tours Plu(s) a connu quelques péripéties, au gré des changements de législation. Le niveau de décibels accepté en lieu ouvert baisse ? Ok, le café extérieur devient le Club, qui accueille aujourd’hui jusqu’à 200 personnes. On ne fume plus à l’intérieur ? Place au patio ! Viennent compléter l’équipement : des bureaux, une grande salle pour 600 spectateurs, des studios de répétitions et un centre de ressources.

Et surtout cette Bubble Clock sur la façade, qui se plait à nous rappeler qu’on est en retard à l’une des centaines de propositions de concerts à l’année, rendues possibles grâce à une quinzaine de salariés motivés !