L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



Berengere Krief par J. CarpentierBERENGERE KRIEF

"L'exaltation de faire rire les gens est géniale"

Un one woman show qui fait le plein depuis trois ans, un succès planétaire (au minimum) avec le rôle de Marla dans la série Bref, on ne présente plus Bérengère Krief ! Pétillante, mais essoufflée d'avoir monté ses escaliers, l'humoriste qui sera sur la scène du Grand Théâtre de Tours le 26 novembre 2014 a répondu aux questions de PROG! 

Votre spectacle est-il réservé aux filles ?

Effectivement le sketch sur la répartie anti-relou parle plutôt aux filles, car c'est un phénomène récurrent, elles s'y reconnaissent et ça les fait rire, mais les garçons apprennent aussi beaucoup de choses d'autant que ce ne sont pas que des sujets féminins ! Les thèmes, le jeu, ce n'est pas qu'un spectacle pour filles.

Dans la salle c'est donc moitié moitié ?

Je ne vous cache pas qu'au début il y avait beaucoup de filles mais petit à petit ça s'est équilibré, il y a eu une évolution. Ce n'est pas un but en soi de faire une soirée entre filles, l'idée c'est que les travers des uns et des autres soient traités avec humour.

Vous aviez monté un Connasse Comedy Club : les filles sont-elles plus nombreuses et affirmées aujourd'hui dans l'humour ?

Je crois qu'il y a eu un effet Florence Foresti, elle nous a ouvert une porte en montrant qu'on pouvait proposer une nouvelle forme d'humour. Quand je suis arrivée dans le one man show il y avait une émergence, des plateaux de filles. Avec quatre copines, et chacune notre one man, on avait envie de partager des sketches et une scène ensemble et c'est comme ça qu'est né le Connasse Comedy Club. Mais sans volonté d'affirmer un "girl power" : on fait notre truc, on exprime nos idées… L'idéal ce serait des plateaux à part égale avec les hommes, plutôt que de se regrouper entre filles pour boire du thé comme au XVIIIe siècle !

Vous ne vous voyez pas comme une féministe avec un F majuscule alors ?

Le féminisme, oui, la place de la femme est une question hyper importante et il y a encore des inégalités qui me coûtent. Mais je pense qu'il faut s'enrichir mutuellement de nos différences entre hommes et femmes. Les hommes ne peuvent pas être comme les femmes et inversement, mais ce n'est pas pour cela qu'on doit rester derrière eux. On me dit souvent que le spectacle est "girly", comme si "girly" voulait dire "interdit aux mecs". Comme si, puisque c'est une fille qui parle, ça va être chiant. Un spectateur a trouvé mon spectacle "très féminin" : eh oui je suis une fille, ce sera donc forcément plus féminin que celui de Gad Elmaleh ! Il faut enlever cette idée que fille = chiant, gniangnian et tampax… J'ai l'impression aujourd'hui d'avoir réussi ce pari quand je vois des mecs dans la salle qui ont l'air d'avoir accompagné leurs copines et qui au final se marrent plus qu'elles.

 

 

Avant le one-man show vous avez travaillé en troupe théâtrale, qu'est-ce qui vous a amenée au one man ?

J'ai commencé le théâtre assez jeune, à 9 ans. J'ai donc fait du théâtre en troupe, du classique, du café-théâtre, jusqu'au bac. Mais le one man show était une envie depuis longtemps, j'avais une VHS d'Elie Kakou, mes parents m'emmenaient voir des spectacles, j'avais une culture du one man show… C'était dans un coin de ma tête mais j'avoue que je n'avais pas d'idées de sketches, je ne me lançais pas. Je suis montée à Paris à 25-26 ans et j'ai travaillé dans un café-théâtre, avec des spectacles pour enfants, et j'ai pris des cours dans le but cette fois-ci de créer un one man show… J'ai approché le terrain en allant voir des spectacles, et au bout d'un moment je me suis dit qu'il fallait arrêter d'en parler et enfin le faire ! J'ai donc demandé au directeur du café-théâtre où je travaillais qu'il me réserve une soirée. Il m'a donné une date 6 mois plus tard, le 24 juin : il fallait que je me mette au travail et ça a démarré comme ça !

Cela n'a pas été trop difficile d'arriver à faire rire ?

Le fait d'être seule en scène c'est assez fou. L'exaltation de faire rire les gens est géniale, surtout si c'est ce qu'on a envie de faire par-dessus tout, mais l'énergie que ça prend, le stress que ça provoque… j'ai perdu je ne sais pas combien de kilos avant la première, j'étais insupportable, fallait pas me parler ! C'est sans doute la discipline la moins facile de tout ce que j'ai pu faire dans ce métier, mais c'est ce qui me plaît.

Vous envisagez de retravailler un jour en troupe ?

J'aimerais beaucoup, oui… pourquoi pas faire une parenthèse théâtrale après ce spectacle par exemple… Mais attention ! Je parle beaucoup de stress et d'angoisse mais j'adore ça, c'est un peu comme les infirmières qui vivent un quotidien compliqué mais adorent leur métier : le jeu en vaut la chandelle, et le public est là donc il y a du positif !

Infirmière, c'est un métier que vous auriez pu faire s'il n'y avait pas eu le théâtre ? D'autres professions vous attiraient ?

Je n'ai jamais pensé faire autre chose, mais je crois que si je devais, je ferais Christina Cordula, la relookeuse de M6 que j'imite à un moment du spectacle !

Quelle place a votre look sur scène ?

C'est important, surtout pour moi au départ car ce sont des choses que j'aime, je n'ai pas choisi telle robe ou telle robe pour que les gens pensent ceci ou cela. Quand j'ai démarré j'avais envie de me mettre en robe, et la pince dans les cheveux évitait que ma mèche me retombe dans les yeux, il y avait un côté très pratique… Après j'aime bien tout ce qui est accessoires un peu originaux, les petites breloques, ça fait partie de ma personnalité. Tout cela est venu avec moi sur scène dès le début.

Avant et pendant le one-man vous avez aussi participé à la série HeroCorp, et surtout à Bref diffusé sur Canal+. Etes-vous spectatrice de ce type de formats (webséries et miniséries)?

Je ne suis pas du tout à la page sur ces trucs-là! Le dernier que j'ai bien aimé et auquel j'ai participé, c'est la websérie Shot tournée au Comedy Festival de Montreux en décembre dernier. Deux nanas complètement déjantées jouées par Mélissa Billard et Aude Gogny Goubert, avec un ton très intéressant, une approche sympa et très drôle.

 

Vous avez abordé ces expériences télé comme le théâtre ?

De la scène à l'écran c'est un autre métier. Sur Herocorp je n'avais qu'un jour de tournage, contrairement à Bref. Mais Bref, c'était comme une parenthèse… Un tournage en famille où on se connaissait tous, avec des copains, où on rigolait entre les prises… Et a suivi une année complètement folle avec les passages à Canal+, une soirée spéciale au festival de Montreux, une soirée au Grand Rex, le dvd… On croque le truc avec plaisir ! J'ai failli partir en vacances au lieu de tourner Bref, je n'imaginais pas ce qui se passerait ! Et les gens m'en parlent encore au présent, "vous êtes la fille de Bref" comme s'ils ne savaient pas que ce n'est plus diffusé…

Vous êtes dans l'imaginaire collectif !

Comme Hélène et les garçons !

Comparaison pas forcément flatteuse…?

Si on y pense c'était des histoires d'amour et les gens s'investissaient avec les héros… Et là ils se demandent s'il va choisir la fille ou Marla, on retrouve cette effervescence qu'il y avait autour d'Hélène et les garçons qui, quoi qu'on dise, resteront Hélène et les garçons… J'ai croisé José cet été et c'était une grande émotion ! Ce sont des trucs qui restent ancrés, c'est rare donc il faut en profiter !

 

Votre dernier achat ? Un vélo électrique qui s'appelle Michel.

Votre livre de chevet en ce moment ? Pas de livre en ce moment, je regarde Breaking Bad saison 3.

Un grand moment de solitude sur scène ? Je prends en photo le public et ce soir-là je n'avais plus de batterie dans mon appareil donc j'ai dû attendre que le régisseur aille chercher mon iphone au fin fond du théâtre, ça a duré 3 ou 4 minutes… Un soir où tout allait mal car je n'arrivais pas à mettre mes chaussures ! 

Dans votre ipod en ce moment ? Pour vous dire tellement je suis à la page, je viens juste de télécharger le dernier album de Julien Doré.

Bérengère Krief sera sur la scène du Grand Théâtre de Tours le 26 novembre 2014 à 20h30 ! Renseignements et réservations auprès de Cheyenne Productions au 02.47.49.46.84 et sur www.cheyenne-prod.com  

 

ACTU 2016 : Bérengère Krief sur la scène d'Oésia (Notre-Dame d'Oé) le 9 avril 2016, les infos sont sur PROG!