lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE DE LA RANDONNÉE PÉDESTRE

 

 

Jusqu’au XVIIIe siècle, on ne se pose pas de question : on marche parce qu’il le faut, en mettant un pied devant l’autre. Puis survient le grand Jean-Jacques et ses Rêveries d’un promeneur solitaire. Rousseau y associe balade aux champs et réflexions éveillées par la nature. L’ancêtre de la randonnée était né.

La bourgeoisie et les élites du XIXe siècle prennent ensuite conscience du besoin d’entretenir leurs corps, en conjuguant efforts physiques et grands bols d’air. Cyclisme, alpinisme et marche font leur apparition. Au Club Alpin Français, une division apparaît entre les grimpeurs en quête de sommets, et les « touristes pédestres ». Pour les sociologues, la fracture n’est pas que sportive : l’élite loue l’exploit et l’individualisme des « gravisseurs », tandis que les classes sociales plus modestes se « contentent » de profiter du paysage, en groupe. Méprisés, les promeneurs fondent donc leurs clubs : Société des Touristes du Dauphiné et autres Jarrets d’Acier naissent à la fin du XIXe siècle.

Avec l’arrivée du scoutisme et du camping au début du XXe siècle, la marche à pied prend aussi son essor auprès des ados et se développe avec le Touring Club ou le Camping Club de France. Vie au grand air et camaraderie rythment les sorties, avec un esprit qu’on retrouvera dans les premières Auberges de Jeunesse des années 1930.

Les congés payés de 1936 laissent encore plus de temps pour pratiquer ce loisir bon marché, qui aura enfin sa fédération nationale en 1947 avec le Comité National des Sentiers de Grande Randonnée. C’est l’occasion de mettre un peu d’ordre dans tous les balisages de sentiers, pour explorer la France dans tous les sens grâce aux 180.000km de chemins aujourd’hui balisés !