lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



RADIO ELVIS

Auréolé d’un beau succès public et critique, avec une Victoire de la Musique en poche, Radio Elvis revient avec un second album, Ces garçons-là. Le chanteur Pierre Guénard nous en dit plus avant leur passage à l’Intime Festival.

Pour nos lecteurs qui ne vous connaîtraient pas, Radio Elvis c’est quoi ?

Sur scène c’est un groupe rock, sur album c’est un groupe rock, chanson et pop, dans la lignée d’Alain Bashung et Arcade Fire.

Pourquoi le groupe est-il plus rock sur scène ?

Parce qu’on est dans un esprit de groupe, une énergie de live où on laisse place aux imprévus, on n’essaie pas spécialement de jouer les titres à l’identique que sur l’album car cela n’aurait pas beaucoup d’intérêt, mais on est vraiment dans l’énergie, dans quelque chose de rythmé, de vivant, et on essaie de fédérer le public pour qu’il soit aussi fatigué que nous à la fin ! On essaie d’être dans le lâcher-prise au maximum.

 

Vous serez à l'Intime festival 2019 : « Intime », c’est un mot qui vous correspond ?

Tout à fait, et surtout pour ce deuxième album ! Dans le premier disque on a beaucoup travaillé le son, et pour les textes j’étais plutôt sur des associations d’idées, proche du surréalisme. Pour cet album, on a voulu raconter des histoires, des choses ancrées dans le réel. Cela m’a amené à me raconter, à chanter des choses plus intimes auxquelles le public peut sans doute mieux s’identifier.

Cet album a été écrit en six mois, c’est plutôt rapide !

Les prix et la reconnaissance du public nous ont motivés à continuer. Avec le 1er album, on voulait prouver qu’on était capables de faire un album. Avec le 2e, on veut affirmer qui on est. C’est pour cela qu’on se livre un peu plus dans les textes et la musique. On ne voulait plus se poser des questions sur notre style, notre discours, mais juste se laisser guider par la musique qui nous habitait. Composer en peu de temps était donc un choix volontaire : on voulait recréer des conditions d’urgence et de spontanéité, pour ne pas casser l’énergie première des morceaux… et pour repartir rapidement en tournée !

 

Pour tout cela, obtenir des récompenses nombreuses vous a aidé ? L'un de ces prix (Prix Félix Leclerc, Victoire de la Musique, Coup de Coeur Charles Cros, Inouïs au Printemps de Bourges 2015...) a-t-il été plus important que d'autres ?

Ils ont tous une saveur particulière, c'est compliqué d'en mettre un plus haut que les autres, même si je dois avouer que la Victoire de la Musique (pour l'album révélation de l'année) a été quelque chose de très fort pour nous. On a découvert l’existence de certains prix en faisant de la musique, et on était fiers de les recevoir en percevant la valeur qu’ils avaient, mais les Victoires c’est quelque chose qu’on connaît depuis tout petits. Quand je suis arrivé à Paris pour faire de la musique, Bashung venait de disparaître et j’avais en tête l’une de ses dernières apparitions aux Victoires. Ne pas l’avoir connu est un grand regret, et quand on a reçu le prix j’ai pensé à lui, à son parcours. C’est aussi une reconnaissance des pairs donc c’est quelque chose qui nous marque.

Et vous, avez-vous des révélations ou des artistes à nous faire découvrir ?

On adore le nouvel album de Grand Blanc, et Rendez-Vous, groupe de cold-wave français, assez brutal mais on adore !

Et pour 2019, la bonne résolution ce sera...?

Essayer de jouer encore plus longtemps et plus souvent sur scène ! 

Retrouvez Radio Elvis en concert le samedi 2 février à l’Intime Festival de Saint-Avertin, qui accueillera également Dominique A, Dominique Dalcan, Foé, Grande, Blow, Foé, Seyhn Sohl Musset du 31 janvier au 2 février 2019.

 

 

PHOTO – CRÉDIT Fanny Latour-Lambert