L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

... DE LA CIGARETTE

C’est bien connu, et on ne le répétera jamais assez : fumer tue ! Mais en termes de tabac, il ne s’agit pas que de fumer...

La plante ramenée d’Amérique par les premiers conquistadors fait en effet son entrée en France au XVIème siècle grâce à Jean Nicot, ambassadeur du royaume de France au Portugal. La régente Catherine de Médicis est comblée car voilà enfin le remède à ses migraines : une petite tisane au tabac, et ça repart !

Car la cigarette n’est pas encore là et ne fera son apparition qu’au XVIIIème siècle. Jusque-là, on chique le tabac (autrement dit : on le mâche), on le prise (traduction: on l’inspire par le nez), et quand on le fume, c’est sous forme de cigare, formé de feuilles entières de la plante.

La cigarette, tout comme le tabac lui-même, nous serait arrivée via l’Espagne où les pauvres récoltaient les restes de tabac abandonnés par les plus aisés pour les agglutiner dans un cylindre de papier afin de pouvoir les fumer.

En France, le cigaret (diminutif de « cigare ») fait bientôt la joie de Napoléon III ou des Chopin, Musset et autres Delacroix pour qui c’est le dernier chic. La prise et le cigare restent cependant de sérieux concurrents, et il faudra attendre le milieu du XIXème siècle pour que les Français adoptent pour de bon la cigarette.

L’industrialisation de la production n’y est pas pour rien: la première machine à fabriquer des cigarettes naît en France dans les années 1840, suivie de près par la première manufacture. Les prix, leur aspect pratique et la publicité font le reste : la cigarette devient le symbole du cool et du chic ! Il y a les égéries des années folles avec leur porte-cigarette bien sûr, mais aussi et surtout les cow-boys de western puisque tout mâle qui se respecte fume forcément !

Le business rapporte gros à l’industrie du tabac… et à l’Etat, qui dès 1926 a le monopole sur l’achat du tabac destiné aux productions de cigares et cigarettes vendus en France avec la SEITA (Société d’exploitation industrielle des tabacs et allumettes).

Mais depuis les années 1950, les études médicales et scientifiques s’enchaînent : on découvre le caractère addictif et nocif des cigarettes, et l’Etat se désengage de la SEITA pour passer à l’offensive de prévention santé. Lucky Luke perd sa clope et se met à mâchouiller un brin d’herbe...

Les patchs et autres chewing gum à la nicotine font leur apparition pour aider les fumeurs à s’arrêter, avant bien sûr que ne soit inventée la cigarette électronique dont le premier brevet est déposé en 2006. Depuis, l’appareil évolue sans cesse : recharges variées, autonomie, comptage de bouffées… Pour arrêter de fumer, on n’arrête pas le progrès !