L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



VIVICA GENAUX

« La musique a toujours été ma passion »

Invitée pour la deuxième fois au festival Concerts d’Automne, la cantatrice mezzo-soprano américain y présentera un projet inédit en France : Chère Pauline. Une création autour de la figure de Pauline Viardot, pianiste et chanteuse du XIXe siècle, à découvrir bientôt en Touraine.

Qu’est-ce qui vous a tant intéressé dans le personnage de Pauline Viardot, qui est au centre du concert que vous donnerez à Tours ?

J’ai toujours beaucoup aimé la musique espagnole, et je consultais des oeuvres de Manuel García quand j’ai découvert le travail de sa fille Pauline Viardot, dont je ne savais rien. Il y avait quelque chose de si beau dans ses compositions ! Ses oeuvres comportent des progressions harmoniques très complexes, d’intéressantes structures, un accompagnement au piano intense, ce qui est inhabituel pour des oeuvres composées par une chanteuse... Et en faisant des recherches j’ai justement découvert qu’elle se destinait à être pianiste: elle fut l’élève de Liszt, elle était brillante au piano ! Et plus j’ai creusé le sujet, plus j’ai aimé chanter ses oeuvres. Tout est épatant ! Elle a illustré des textes de Pouchkine, de Tourgueniev, on entend l’influence des langues espagnole et française dans son travail... qui n’est pas si éloigné des travaux de Fauré, Berlioz ou Saint-Saens qu’elle connaissait bien. Elle fut une grande dame du XIXe siècle, mais elle est morte seule... C’est une histoire fascinante, et une musique captivante.

Et ce concert n’est pas qu’un concert...

C’est un récital piano-voix, mais avec une mise en scène, des costumes, une histoire à raconter... Mais comment le définir ? Le plus simple est que vous veniez le voir !

Auriez-vous aimé composer vous aussi, comme Pauline Viardot ?

J'aimerais, mais c'est sans espoir ! J'aimerais aussi être pianiste, j'ai d'ailleurs étudié le piani quand j'étais enfant, mais je joue aussi bien (ou mal !) aujourd'hui qu'à l'époque. Qui n'aimerait pas avoir autant de talent que Pauline ? Mais je peux seulement espérer être son ombre, et la faire connaître aujourd'hui.

 

Si vous aviez poursuivi les études démarrées dans votre jeunesse, vous seriez peut-être scientifique aujourd’hui. Pas de regret ?

La musique a toujours été ma passion, mais j’ai commencé des études de sciences car cela semblait logique, dans une famille de professeurs, de scientifiques... Mais j’étais si déprimée de ne pas avoir le temps de chanter ! A tel point que mes parents m’ont autorisée à changer de parcours et d’université. Etre passée par cette période sombre, sans pouvoir pratiquer la musique, m’aide aujourd’hui : chaque fois que j’ai du mal à trouver l’énergie ou l’envie, je regarde dans le rétroviseur, et je me réjouis de pouvoir chanter et d’en avoir fait mon métier !

Vous avez donc toujours le même plaisir aujourd'hui qu'à vos débuts ?

Je prends même plus de plaisir aujourd'hui, car j'aborde les choses de manière plus décontractée. Mon objectif principal aujourd'hui est d'être artistiquement parfaite, plutôt que techniquement. I traverse une histoire, je m'en empare, je la fais vivre aux spectateurs... Si j'y arrive, je considère que j'ai réussi et que j'ai atteint mon but.

D'un point de vue technique justement, avez-vous une chanson ou un exercice en particulier pour vous échauffer ?

Je ne m'échauffe plus autant qu'avant. Je pouvais m'échauffer parfois pendant une heure par le passé, en faisant juste des bruits, des sons, des vocalises, sans chanson particulière. Cela a toujours été un moment ennuyeux pour moi. Puis j'ai assisté à une classe de ballet à Strasbourg, et chaque matin, le professeur donnait aux jeunes femmes huit mouvements à la barre ; elles commençaient toutes par la même chose, puis au fur et à mesure, l'une commençait à travailler sur un muscle en particulier, une autre étirait plus longuement sa jambe,... et c'est ce que je fais aujourd'hui : l'écoute mon corps, et si je sens qu'une partie a besoin d'un peu plus d'attention, par exemple si ma nuque est raide suite à un voyage en avion, je vais me concentrer là-dessus.

 

Votre mot préféré en français ? Je me souviens d’une montre offerte à l’ancien directeur de l’Opéra de Montréal, où on lisait «Oufff» pour 18h !

Quel plat cuisinez-vous le mieux ? Mon mari vous dirait que c'est le curry de poulet. Nous vivons dans une petite ville italienne où je ne peux pas toujours trouver les produits internationaux, je ne peux donc pas cuisiner les plats mexicains que faisait ma mère (née au Mexique).

Vivica Genaux sera en concert le dimanche 14 octobre au Grand Théâtre de Tours, dans le cadre du festival Concerts d'Automne. Retrouvez la programmation et la billetterie du festival sur votre agenda préféré.