L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



fabrice eboue ©WaxxxFABRICE ÉBOUÉ

« J’aime surtout raconter des histoires »

Humoriste, comédien, metteur en scène, réalisateur... Depuis sa découverte par le grand public sur la scène du Jamel Comedy Club, Fabrice Éboué s’est construit un parcours au fil de ses envies artistiques et de projets variés. Il est de retour avec son nouveau spectacle Plus rien à perdre.

Vous prouvez sur scène qu’on peut rire de tout, mais y a-t-il tout de même des sujets que vous lachez en cours d’écriture ?

Mon censeur, c’est le public. J’ai choisi des thèmes de société qui me semblaient dans l’air du temps, et qui pouvaient survivre à l’actualité immédiate, comme le thème des vegans par exemple, ou ma propre vie de famille. Je prends aussi toujours beaucoup de temps pour roder un spectacle avec des représentations-tests, pour savoir ce qui est réellement drôle et ce qui ne l’est pas. Je crois en l’intelligence des spectateurs, qui forment un groupe très éclectique. Donc quand quelque chose n’est pas drôle ou tout simplement maladroit (ce qui arrive souvent), on le sent : les réactions ne sont pas là, le rythme est perdu... Donc à la fin de cette période de rodage le tri est déjà fait, et ce qui n’est pas drôle pour mille et une raisons a déjà été éliminé.

Peu de gens le savent, mais vos tout premiers pas dans le monde artistique, c’était dans le rap. Pourquoi avoir choisi le théâtre ?

Mon talent musical est très très très limité ! J’ai bien fait pour moi, et pour la musique, de bifurquer vers le théâtre. Je n’avais pas le sens du rythme, ce qui est forcément compliqué pour du rap ! Mais ma force c’était peut-être les textes, la force de la punchline, le fait de finir sa rime en beauté. C’est ce qui fait peut-être le parallèle avec le comique : la recherche du rythme, de la vanne qui clôture en beauté. J’avais surtout besoin à un moment de ma vie de m’exprimer, et cela passe pour moi par l’écriture, que ce soit l’humour, le théâtre, le cinéma... Des domaines où je suis plus à l’aise que dans le rap !

Vous avez tourné et réalisé pour le cinéma, joué au théâtre, fait du stand-up, de la télévision... Qu'est-ce qui vous pousse vers un format plutôt qu'un autre ?

Ce sont des écritures très différentes. Un sketch peut surgir d’une petite idée, un scénario pour le cinéma est beaucoup plus rigoureux, plus mathématique. Pour un spectacle on peut avoir deux ou trois bonnes vannes sur un thème, puis passer à un autre, alors que pour un film il faut tenir des personnages et un récit sur le long terme.

Vous faites aussi de la mise en scène : vous aimez ce travail dans l’ombre ?

Je n’ai pas de grandes vélléités de comédien, j’aime surtout raconter des histoires, que cela passe par moi ou par d’autres. J’ai donc un plaisir immense à diriger mes confrères et consoeurs, sur scène ou au cinéma (où de toutes façons on ne peut pas travailler seul).

fabrice eboue ©Waxxx

La dernière chose avant d’entrer en scène ? Ma voix est fragile, donc un peu d’eau et un spray d’huiles essentielles pour la gorge.

Votre musique du moment ? Quand on a été un rappeur raté comme moi, on se console en écoutant du rap ! En ce moment c'est Jay Rock, un artiste californien, dans la mouvance de Kendrick Lamar, pour ceux qui connaissent un peu.

L'objet qui ne vous quitte jamais ? Je le prends même pour le sport, il est à côté de moi quand je dors... : mon téléphone portable, ce qui n'est pas très original.

Le spectacle de Fabrice Eboué affiche complet le 8 novembre 2018 au Grand Théâtre de Tours, donc ne perdez pas de temps pour réserver votre place pour sa prochaine virée en Touraine : le 24 avril 2019 à l'espace Malraux de Joué-lès-Tours. Et pour suivre le reste de sa tournée rendez-vous juste ici.

 Crédits photos ©Waxxx