L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

...DU CAFE

La légende veut que c’est en voyant ses chèvres péter la forme après avoir brouté des feuilles de caféier qu’un berger s’est intéressé à la plante il y a fort fort fort longtemps (dans l’Antiquité, grosso modo). Nous sommes alors du côté du Yémen, et la boisson qu’on tire bientôt de ces graines se répand dans tout le monde arabe.

Le kawa a du succès, au point qu’au XVe siècle on ne se contente plus de ratisser les graines qui trainent sur les arbustes au naturel : on cultive, on produit, on récolte ! Les routes du café se développent du Yémen jusqu’au Caire, de la Mecque jusqu’à Damas…

Et les « maisons du café » se répandent au XVIe siècle sur cette route : on boit un kawa et on joue aux échecs dans ces lieux publics du Caire ou d’Istanbul. Et ce, malgré les débats qui agitent régulièrement la sphère religieuse : le café ne serait-il pas toxique, et donc contraire aux préceptes du Coran ? Les imams et plus tard les moines ne boudent pas leur plaisir, car le tonifiant a un atout : il leur permet de tenir le coup pour travailler des heures durant sur les saintes écritures avec l’esprit clair !

L’Occident découvre le café finalement bien tard : en 1583 un médecin allemand en fait mention dans ses écrits, attirant l’attention des marchands d’épices. Il n’en fallait pas plus pour introduire la boisson caféinée en Europe au fil du XVIIe siècle… Venise, la Hollande, l’Angleterre se laissent conquérir, tout comme la France où la nouveauté arrive par le port de Marseille. Mais la vraie tendance est lancée depuis Paris (déjà capitale de la mode ?), quand Louis XIV accueille l’ambassadeur de l’Empire Ottoman. Celui-ci reçoit les dames et gentilshommes dans son appartement parisien, où il leur fait découvrir le breuvage.

C’est le boum de la boisson tonifiante, qu’on déguste volontiers dans les premiers…cafés, dont certains comme le Procope deviendront célèbres pour leur rôle d’agitateurs culturels au Siècle des Lumières.

Aux Amériques, la boisson se répand en même temps que la présence coloniale. Et lorsque les nouveaux américains jettent le thé anglais à la mer avec la Boston Tea Party de 1773, inutile de vous dire que le café prend du galon !

Aujourd’hui votre breuvage préféré provient d’Amérique du Sud, d’Afrique ou d’Asie. Mais avis aux voyageurs : ne vous avisez pas de croquer dans une graine tombée de l’arbre ! Il en faut bien plus pour en faire du café : laver ou sécher les graines au soleil pour éliminer le fruit qui entoure la fève, puis on décortique pour atteindre la substantifique moelle. Direction les torréfacteurs, qui chauffent les grains et révèlent l’arôme qui vous titille les narines de bon matin !