L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

...DE L'AMPOULE

C’était inéluctable. Et pourtant. C’est le cœur empli d’un sentiment de nostalgie et de peine qu’en ce mois de septembre 2018, nous voyons partir la lampe halogène au cimetière des bonnes idées. L’ampoule qui éclairait autrefois nos salons, nos chambres, que dis-je nos chambres, nos doux foyers ! en y apportant la chaleur d’une lumière puissante…

L’halogène est désormais interdit, suivant dans la tombe des ampoules trop gourmandes en énergie notre bonne vieille ampoule à filament. Voilà une petite histoire qui ne date pas d’hier ! Le principe de l’ampoule à filament est simple : il y a un filament. Jusqu’ici rien de complexe. On fait monter sa température, ce qui le rend luminescent. Et pour optimiser l’opération, on enferme tout cela dans une bulle de verre, notre fameuse ampoule.

Après des premiers tests de filaments à l’air libre par divers ingénieurs, ce sont Edison et Swan qui déposent chacun des brevets en 1878. Le filament est alors en bambou du Japon, et la Edison Electric Light Company propose deux modèles : le 16 bougies et le 10 bougies. Oui, on mesure alors l’intensité de la lumière en bougies. Et l’ampoule a une durée de vie de 30h. Pas terrible pour nous, mais révolutionnaire pour l’époque !

D’abord concurrents, l’Américain et le Britannique finissent par s’associer en 1882, et les ingénieurs du monde entier continuent de se creuser la cervelle pour avoir des idées lumineuses. On teste ainsi le filament en carbone, puis finalement le filament en tungstène, avec une meilleure durée de vie. De progrès en améliorations, l’ampoule illumine les foyers du monde entier jusqu’en 2008, date à laquelle l’Union Européenne se met au vert et interdit l’ampoule à incandescence.

Forcément, sans être des lumières, on pouvait prédire ce qui s’est produit : le boum de l’ampoule halogène, inventée en 1959 et déjà très populaire. Seul hic : elle éclaire longtemps mais est sensible aux chocs, et n’a pas non plus un rendement de folie.

L’ampoule basse consommation profite donc des interdictions successives de ses concurrentes pour se faire sa place au soleil. Inventée en 1983, elle coûte alors trop cher, mais les progrès techniques la rendent finalement abordable. Avec tout de même un petit côté « je contiens du mercure donc vaut mieux pas me casser » !

Bilan des courses dans vos rayons et sous vos plafonds : la LED se taille aujourd’hui la part du lion avec ses petites diodes électroluminescentes.

Après, si vous préférez un dîner aux chandelles en amoureux ou une soirée avec guitare et chansons autour d’un feu de camp, pourquoi se priver ? Allez, on ravive la flamme, d’une manière ou d’une autre !