L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

... D'HONORÉ DE BALZAC

Le Père Goriot, Le Lys dans la vallée, Le colonel Chabert… Par plaisir, ou par obligation au cours de notre scolarité, qui n’a pas lu un roman d’Honoré de Balzac ? Mais avant qu’il ne vous passionne (ou ne vous ennuie, qui sait ?), notre cher Honoré a écrit bien d’autres choses, au cours d’une vie mouvementée.

Le petit Honoré est né dans notre bonne vieille ville de Tours en 1799. Il y vit huit ans, jusqu’à son départ pour Vendòme puis Paris. Lycée, études de droit… La voie semble toute tracée. Mais c’était sans compter sur son goût immodéré pour la lecture ! Déjà au collège, les enseignants s’inquiètent de le voir dévorer des livres jusqu’à l’épuisement. Mais il n’en démord pas, et avale de la littérature au kilomètre, avec bientôt une idée en tête : devenir écrivain.

Le jeune homme se cherche. Il est fan de philo, alors pourquoi pas une traduction de Spinoza ? Il tente l’aventure d’une œuvre versifiée avec un Cromwell, c’est l’échec. Walter Scott a du succès avec ses romans historiques. Balzac s’y essaie donc, puis comme il faut bien manger pour survivre, il donne finalement de la plume sous le nom de Lord R’hoone puis d’Horace de Saint-Aubin, et produit quelques romans bas-de-gamme et des ouvrages comme le Code de la toilette ou le Code des gens honnêtes. Il enchaîne et tient le rythme grâce au café et au manque de sommeil, en véritable forçat.

Il gagne donc sa vie, mais n’est pas riche. Il écrit, mais pas ce qu’il aimerait. Pour pallier le premier problème, il se lance dans des investissements. Mais notre homme n’a pas vraiment de flair pour les bonnes affaires ! Maison d’édition, rachat de journaux... à chaque fois, ça tombe à plat ! Ajoutez à cela un train de vie au-dessus de ses moyens, et vous aurez un romancier poursuivi par ses créanciers.

Tandis que les premiers romans de son grand cycle de la Comédie Humaine voit le jour à partir de 1829 avec Les Chouans et Physiologie du mariage, l’homme de lettres déménage sans arrêt, sous de faux noms pour échapper aux créanciers et aux huissiers !

Le château de Saché est un de ses refuges entre 1825 et 1848. Il y vient pour avoir le calme, se reposer, et écrire. En replongeant dans sa Touraine natale, il fait d’ailleurs naître Le lys dans la vallée, où la vallée de l’Indre sert de décor.

Quant à la fin de ses jours, il meurt pour ainsi dire d’amour. Homme à femmes, il finit par jeter son dévolu sur la comtesse Hanska, épouse d’un militaire stationné en Ukraine. Il lui faudra 17 ans pour parvenir à ses fins. La femme, alors veuve, finit par céder à ses avances, mais lors d’un voyage en Ukraine il tombe malade. Le rhume devient bronchite, problèmes cardiaques, et œdème généralisé qui l’emporte finalement à 51 ans.