L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

...DU BRONZAGE

L’été arrive. Vous voilà donc (peut-être) occupé(e) à constater que la balance vous a menti, tout en voyant que votre maillot de bain a rétréci. En ligne de mire ? Des journées à lézarder au soleil, en mode sieste ou lecture, afin d’acquérir un bronzage harmonieux, pendant que les enfants font des pâtés de sable que, par bonté d’âme, on appellera « château ».

Sachez que vous êtes là le pur produit du XXe siècle. Voire même du XIXe siècle. Mais guère au-delà. Avant cela, il n’était pas de très bon ton d’avoir le teint mat ! Depuis l’Antiquité et jusqu’aux premières décennies du XIXe siècle, ce sont les peaux blanches qui avaient la cote.

A l’époque d’Aristote comme au temps de la Révolution, qui dit blancheur dit statut social : on est aristocrate jusqu’au bout de l’épiderme ! Seuls les paysans ont la peau tannée par le soleil, à force de passer des heures au champ.

Certains sont prêts à tricher et être plus blanc que blanc. Dans la Grèce antique, certaines femmes se tartinent de céruse, un fard dont on ne découvrira que des siècles plus tard les propriétés toxiques. Ce qui n’empêche pas les nobles européens de se farder à grand renforts de poudres de riz et autres cosmétiques non moins toxiques. Et puisque les bourgeois ambitionnent de devenir califes à la place des califes, ils s’y mettent aussi.

Alors pourquoi diable le bronzage est-il aujourd’hui si coté ? Le virage se produit au XIXe siècle, avec la révolution industrielle qui envoie les paysans à l’usine. Or, sous les hauts-fourneaux et sur les chaînes de montage, on ne prend plus le soleil… Le bas peuple devient donc pâlichon.

A la fin du XIXème, les scientifiques mettent en avant les bienfaits des bains de soleil… pour les personnes malades dans un premier temps. On est à l’époque où le bain de mer, le séjour à la montagne sont prescrits aux rachitiques, aux tuberculeux et autres chétifs, tandis que les exercices physiques sont en vogue, dans l’idée d’avoir « un esprit sain dans un corps sain ».

Au début du XXe siècle, les couleurs commencent à varier doucement… On ressort forcément un peu hâlé de son séjour en bord de mer, et d’aucuns disent que Coco Chanel et Josephine Baker auraient aidé à lancer la mode du bronzage dans le Paris des années 1920.

Avec les congés payés instaurés en 1936, c’est parti : le bronzage est non seulement au top, mais il concerne désormais toute la société française !  Et aujourd’hui, être bronzé est tellement tendance, qu’on triche dans l’autre sens grâce aux cabines UV et aux crèmes auto-bronzantes.

Mais attention : s’il ne s’agit pas du seul facteur, l’exposition au soleil fait partie des déclencheurs du cancer de la peau. Donc un seul conseil cet été : sortez couverts !