L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

... D'ANNE DE BRETAGNE

Voilà bien une femme qui a su passer de femme-objet à femme d’action ! Etre une femme au Moyen-âge était souvent synonyme de relégation en deuxième division dans les affaires politiques et autres successions au trône. C’est dans ce contexte que les choses débutent à Nantes en 1477 pour la petite Anne, fille du duc de Bretagne François II et de la princesse Marguerite de Navarre (et oui, au passage, vous n’avez pas rêvé, à l’époque pas de débat : Nantes fait bien partie de la Bretagne !).

Comme toute bonne fille de duc qui se respecte, Anne est surtout pour son papa un outil de négociation politique. Besoin de renfort pour résister au roi de France, ennemi de la Bretagne ? Pas de problème, en échange de ces coups de main, François II promet sa fille en mariage !

Anne se retrouve ainsi fiancée successivement au Prince de Galles, à Henri VII d’Angleterre, au futur Maximilien Ier d’Autriche, à Alain d’Albret, au duc d’Orléans (le futur Louis XII), ou encore au duc de Buckingham… Quand le papa est rassuré sur l’appui de ses alliés ou la déroute des armées françaises, les fiançailles sont bien souvent annulées.

Mais en 1488, le duché de Bretagne se retrouve dans la panade : le roi de France a gagné la bataille ! Le duc François II signe donc le traité du Verger, par lequel il accepte notamment de ne marier sa fille Anne qu’avec l’autorisation du roi de France.

Charles VIIICroyez-vous que les Bretons soient prêts à accepter cela ? A la mort de François II, Anne est mise sous tutelle, contrairement aux vœux du roi de France. Il n’en fallait pas plus pour déclencher la guerre et pousser les Bretons à proclamer Anne comme Duchesse de Bretagne en 1489, avant qu’elle n’épouse Maximilien Ier… par procuration, et sans l’approbation du roi de France. Et pour cause : Maximilien est l’un des ennemis de Charles VIII (qui sur l’image n’a pas l’air très réjoui).

Voilà Anne duchesse de Bretagne et reine grâce à ses épousailles à distance, face à un roi de France qui monte sur ses grands chevaux, au point d’assiéger Rennes. Après deux mois d’encerclement, les Bretons rendent les armes.

Et Anne accepte d’épouser Charles VIII, dans une cérémonie vite-fait bien-fait qui a lieu le 6 décembre 1491 à Langeais, histoire de laisser le temps au Pape de digérer la nouvelle et d’annuler l’union avec Maximilien.

Le contrat de mariage stipule qu’Anne épousera l’héritier au trône si Charles VIII décède. On vous le donne en mille : Charles meurt, et voilà Anne mariée à Louis XII en 1499. Mais cette fois-ci la reine mène la danse, reprend ses droits sur la Bretagne, et meurt à Blois en 1514 en vraie femme de pouvoir !

 

Illustrations : Anne de Bretagne dans Jean Bourdichon, Grandes Heures d'Anne de Bretagne, "Anne de Bretagne entre trois saintes (détail) (BNF). Charles VIII de France, huile sur panneau de bois, école française du XVIe siècle, Chantilly,