L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

...DU CALENDRIER

Février. 28 jours. Mais pourquoooooiiiii ? Certains, diront,l’air assuré : « parce que ». Mais laissez-nous aller un peu plus loin, en vous contant cette belle histoire du calendrier.

Depuis la nuit des temps, l’Homme a eu besoin de se repérer dans le temps. Ne serait-ce que pour savoir combien de temps sa cuisse de mammouth pouvait être conservée au frais dans la grotte sans pourrir. Ou pour rendre visite à belle-maman au bon moment.

Où qu’il soit sur Terre, l’être humain a souvent pris pour repère les astres. Etoiles, Soleil, mais aussi les cycles de la Lune : tout était bon pour se repérer. Calendriers stellaires, lunaires, solaires, voire même lunisolaires (soyons fous !), à chaque peuple son système, avec quelques points communs, comme l’utilisation du jour comme unité de mesure.

Notez tout de même que pour certains, le jour allait de l’aube au coucher du soleil, quand pour d’autres il démarrait à midi et se prolongeait jusqu’au midi du jour suivant, le soleil au Zénith étant le top départ d’une nouvelle journée.

Plus les sociétés humaines se développent et plus il est utile de pouvoir fixer des rendez-vous civils et religieux. Jugez plutôt : dans la Rome antique, on utilisait un calendrier républicain qui supposait d’ajouter de temps en temps un jour supplémentaire, voire même un mois en bonus, histoire de se remettre en phase avec le cycle solaire. L’année fait alors environ 355 jours. « Environ », car les décisions étaient aléatoires, on oubliait parfois d’ajouter des jours ou de prévenir que c’était fait, si bien que le Romain lambda perdu au fond de l’Empire ne savait pas forcément quel jour on était.

En -46, Jules César prend les choses en main, et donne son nom au calendrier julien qui fixe l’année à 365 jours (365,25 très exactement). Mais là aussi, un décalage finit par se produire entre calendrier et année solaire à raison d’un jour tous les 128 ans.

En 1582, le pape Grégoire XIII s’en mêle, histoire que Pâques ne finisse pas par tomber en août. On supprime dix jours pour remettre les pendules à l’heure, et on instaure le système de l’année bissextile avec un 29 février tous les quatre ans.

En France, sitôt fait, sitôt adopté, le calendrier grégorien s’impose – même si la Révolution française lui fera prendre une pause avec l’instauration d’un calendrier républicain où les jours et mois changent de noms, et les semaines de sept jours se transforment en décades. Les pays protestants (qui ne reconnaissent pas l’autorité du Pape) attendront un peu avant de s’y mettre. Mais aujourd’hui à l’heure d’une économie globalisée, la mesure du temps façon Grégoire s’est imposée partout… sans faire disparaître les calendriers religieux ou traditionnels, comme le calendrier musulman lunaire ou le chinois lunisolaire. On fêtera d’ailleurs le Nouvel An Chinois le 16 février, alors bonne année !