L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

... DE L'HOPITAL BRETONNEAU

HOPITAL BRETONNEAU CHRU TOURSBranle-bas de combat au CHU tourangeau : un vaste programme de réorganisation des services a débuté dans le cadre du projet de rénovation de Trousseau à l’horizon 2026, tandis que Clocheville abandonne la néonat’ à Bretonneau… Le plus ancien de nos hôpitaux !

Dès le XVIe siècle, des bâtiments en bois sont érigés à l’ouest de Tours, non loin du ruau Sainte-Anne (aujourd’hui transformé en jardin botanique) : on isole là les malades du choléra et autres épidémies, dans ce qu’on appelle alors un sanitas (il y en avait plusieurs à Tours, dont un situé dans l’actuel quartier du même nom).

Après les malades contagieux, ce sont les pauvres qui trouveront refuge dans cette zone avec l’édification d’un Hôpital général de la Charité au XVIIe siècle. Tout en leur donnant un coup de main, on en profite pour les écarter du reste de la société - ah le risque de trouble à l’ordre public, une notion déjà d’actualité ! Mais l’hôpital reprend bientôt sa fonction médicale, et un collège royal de chirurgie y est même installé en 1766.

Lorsque le préfet décide de la fusion des établissements hospitaliers en 1802, c’est la Charité qui l’emporte sur l’Hôtel-Dieu situé près de la cathédrale, et la Madelaine du côté de Saint-Pierre-des-Corps.

Au fil du XIXe siècle, la ville grandit, son hôpital aussi. On construit de nouveaux bâtiments, et on accueille des médecins de talent, au premier rang desquels, on vous le donne en mille : Pierre-Fidèle Bretonneau, qui y prend ses fonctions en 1825 à l’âge de 47 ans, après avoir officié aussi bien à Paris que du côté de Chenonceau, où il vaccine et étudie à tour de bras.

C’est à lui qu’on doit la création de l’école de médecine en 1838, et au passage il fait avancer la recherche sur la fièvre typhoïde et la diphtérie.  Sous sa direction, les docteurs Velpeau et Trousseau font leurs armes et se font un nom.

Maternité, crèche, sanatorium, les nouveaux bâtiments sortent de terre au fil du XXe siècle, en laissant intactes la chapelle Saint-Roch et les façades et toitures de l’ancien hôpital militaire, classés monuments historiques.

Après la réquisition allemande durant la seconde guerre mondiale, la vie reprend son cours, l’hospice de Clocheville qui accueillait des enfants depuis la fin du XIXe siècle passe sous la coupe de Bretonneau, et Trousseau sort de terre dans les années 1970.

CHRU TOURS BretonneauEntre temps, l’hôpital devient Centre Hospitalier Universitaire. Un CHRU de pointe qui forme aujourd’hui plus d’un millier de professionnels et accueille plus de cent mille patients chaque année.

 

Photos ©CRHU Tours Bretonneau