L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

...DE LEOPOLD SEDAR SENGHOR

Fort en thème, Léopold Sédar Senghor ? Forcément, puisqu’il était agrégé de grammaire française ! Certains Tourangeaux ont même eu le privilège de l’avoir comme enseignant au lycée Descartes… Mais ce n’est là qu’une étape parmi d’autres dans un parcours qui va du Sénégal à l’Académie Française, en passant par la présidence de la république du Sénégal.

Né au bord de l’océan sur les côtes sénégalaises en 1906, Léopold Sédar Senghor passe ses vingt-deux premières années entre les familles de son père et de sa mère, et les bancs de la mission catholique de Joal.

Bon élève, il file ensuite vers Ngazobil puis Dakar où il décroche son baccalauréat. Reconnu et encouragé par ses enseignants, le voilà en route pour la métropole avec une demi-bourse en poche et des rêves plein les yeux !

Il débute son séjour parisien par les classes prépa du lycée Louis-le-Grand avant de poursuivre ses études à la faculté de Lettres de la Sorbonne. Césaire, Damas… Le cercle d’intellectuels africains réuni à Paris s’élargit, et voit naître notamment le concept de négritude « c’est l’ensemble des valeurs culturelles du monde noir, telles qu’elles s’expriment dans la vie, les institutions et les œuvres des Noirs. Je dis que c’est là une réalité : un nœud de réalités »*.

Armé d’une licence de lettres, il s’attaque à l’agrégation, mais doit pour cela demander la nationalité française. Le voici donc franco-sénégalais, et agrégé de grammaire, en 1935. Premier africain à être reçu à ce concours (au 2e essai), le voilà qui arrive ensuite dans notre chère Touraine !

De 1935 à 1938 il enseigne en effet les lettres classiques au lycée Descartes. Ce qui ne l’empêche pas de faire la navette avec la capitale pour y suivre des cours de linguistique ou d’ethnologie. Il a tout juste le temps de prendre ses fonctions au lycée de Saint-Maur-des-Fossés en 1938 qu’il se retrouve mobilisé sous les couleurs tricolores dès le début de la Seconde Guerre Mondiale… Fait prisonnier en juin 1940, réformé pour maladie en 1942, il s’engage ensuite dans la Résistance avec le Front national universitaire.

Mais oui mais oui, en 1944, la guerre est finie ! Retour à la pédagogie au sein de l’Ecole Nationale de la France d’outre-mer : c’est là que sont formés les futurs fonctionnaires des colonies. Il a alors un pied en France, et un autre au Sénégal, dont il devient le représentant à l’Assemblée Nationale en 1945. Son cœur penche à gauche - la SFIO, et du côté de l’indépendance des colonies. Il sera d’ailleurs le premier président de la République du Sénégal !

Au fil de sa vie, Léopold Sédar Senghor aura donc conjugué ses deux engagements au présent : la politique, et les lettres. C’est cette vie littéraire qui lui vaut d’être reçu à l’Académie Française en 1983. A sa mort en 2001, l’homme aura donc atteint l’excellence dans tous ses domaines de prédilection !

 

 

*Liberté 11, Négritude et Humanisme, p. 9.