L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

float : right... DU PETIT FAUCHEUX

Qui l’eut cru ? Lorsqu’une bande de copains s’installe rue des Cerisiers en 1975, aucun d’eux n’aurait pensé que ce qui allait devenir le Petit Faucheux serait 30 ans plus tard l’une des plus grandes scènes jazz de France ?

Lorsque Jean-Paul Veyssière transforme un vieux débarras en lieu culturel en 1975, il choisit de le nommer d’après le nom d’une ruelle voisine, le Petit Faucheux, un endroit où le jazz n’est qu’une proposition parmi d’autres. Théâtre, rock, chanson d’ici et d’ailleurs : la programmation est éclectique et continue de l’être après le passage de flambeau en 1983 à Michel Audureau et Alain Berger.

Les deux compères se sont rencontrés par hasard en répondant à l’appel d’une amie en détresse. L’un se mettra aux fourneaux, l’autre à la programmation avec la création d’une association. Hasards et coïncidences : des artistes de passage sur l’agglomération finissent parfois leurs soirées rue des Cerisiers, comme le jazzman Bernard Lubat ou le journaliste de Jazz Magazine Bernard Aimé. Le premier invite quelques amis tels Michel Portal pour un duo d’anthologie, et le second prend en main la programmation jazz du Petit Faucheux.

On y croise donc ce qui se fait de mieux en jazz, y compris Michel Petrucciani. Mais en 1988 la situation financière est périlleuse et l’heure des choix a sonné. Michel Audureau finit par convaincre l’équipe de s’orienter résolument vers le jazz. La transition se fait en douceur, on investit dans un piano grâce à une souscription publique, et le Petit Faucheux se transforme en temple vivant du jazz au fil des ans.

Jugez plutôt : pour Le Monde de la musique, ce n’est rien moins qu’un des « épicentres du jazz en France » dès 1995 ! Tours s’affirme alors comme la ville-phare du jazz, et l’équipe en jouera en organisant le festival «Tours capitale du jazz» en 2010.

Mais avant cela, le déménagement est à l’ordre du jour. Les 74 places de la petite salle affichent souvent complet. Lorsque le propriétaire du local veut récupérer son bien, c’est donc l’occasion pour l’équipe du Faucheux de demander à la mairie un autre lieu : ce sera le théâtre Louis Jouvet, délaissé par le Centre Dramatique qui part s’installer au Nouvel Olympia.

En attendant la fin des travaux, le Petit Faucheux diffuse le jazz dans les villes du département et les salles de l’agglomération, avant de s’installer en 2005 dans ses nouveaux locaux. Et voilà le Faucheux parmi les plus grandes scènes françaises spécialisées en jazz, prêt à vous accueillir pendant trois jours de concerts afin de fêter ce jazzy-versaire !

 

crédits photo Archives ©Hugues Le Guellec / photos Capitale du jazz et salle ©Rémi Angeli.