L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

...DE LA CALCULATRICE

L’automne est propice aux comptes : les courses de rentrée laissent place aux impôts avant que les achats de Noël ne viennent compliquer nos savants calculs…

Si vous n’en avez pas assez de vos dix doigts pour toutes ces opérations, sachez que ce sont pourtant eux qui ont été le premier système de calcul de l’histoire ! C’est d’ailleurs sans doute grâce (ou à cause) d’eux que notre système est décimal (autrement dit : notre fonctionnement par dizaines, centaines et autres).

Mais bien vite nos appendices ne furent plus suffisants pour additionner et soustraire : l’Homme se mit donc à compter avec des tables de calcul, qui sont tout simplement des lignes au sol formant des colonnes, dans lesquelles on place des cailloux. Au fil du temps on copie ce système sur une table et on remplace les cailloux par des jetons. La table est très prisée par les commerçants, mais les astronomes et autres savants lui préfèrent les chiffres arabes introduits au Moyen-Age en Europe.

De l’autre côté de la planète, les chinois ont le boulier. Les Japonais ont le leur, les Russes aussi, mais le principe est le même pour tous : un cadre tenant des tiges sur lesquelles on fait glisser les boules pour soustraire ou additionner.

Bouliers et tables sont en vogue jusqu’au XVIIIe siècle, et coexistent avec les chiffres écrits. Les scientifiques s’escriment à inventer une véritable machine : à partir du XVIIe siècle on trouve plusieurs inventions, dont la Pascaline de notre cher Blaise Pascal ou la machine à étages de Leibniz. Imposantes et complexes à fabriquer, elles existent en peu d’exemplaires.

Ce n’est pas le cas pour l’arithmomètre - qui ne mesure pas les chiffres, contrairement à ce que son nom laisse penser ! Inventé par Thomas de Colmar, ses rouages permettent de multiplier  plus simplement que ses précédesseurs, et sera fabriquée à 2000 exemplaires pour être distribuée dans divers secteurs (armée, statistiques, assurances…). Pour voir apparaître des touches sur ces machines, il faut attendre le comptomètre de l’Américain d’Eugène Dorr Felt créé en 1887.

Ce n’est bien sûr qu’à la fin du XIXe siècle que l’électricité est de la partie, et fait entrer la machine à calculer numérique dans les administrations américaines. Quant à la calculette qui peuplait nos cartables au siècle dernier, avant de se transformer aujourd’hui en véritable ordinateur, il a fallu attendre le milieu du XXe siècle pour la voir naître chez Texas Instruments.