L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



Mourad MerzoukiMOURAD MERZOUKI

« j’aime confronter le hip-hop à d’autres disciplines »

Danseur hip-hop et créateur de la compagnie Käfig, Mourad Merzouki est depuis 2009 directeur du Centre Chorégraphique National de Créteil. Entre ses créations et la gestion de cette structure, il prend le temps de nous en dire plus sur son travail et le spectacle Pixel, bientôt en Touraine.

Après 20 ans d’existence, la compagnie Käfig fait-elle toujours du hip-hop ?

Je ne me pose pas vraiment cette question de définir mon travail comme du hip-hop ou pas. Bien sûr le vocabulaire que j’utilise vient du hip-hop, mais mes créations sont aujourd’hui à la croisée des arts ; j’aime l’idée de confronter le hip-hop à d’autres disciplines, que ce soit la danse contemporaine, la musique classique, les arts martiaux, le numérique… Ce qui me plait c’est partir de ce langage né dans la rue, pour l’emmener ailleurs et le partager avec le plus grand nombre.

Retrouve-t-on ce mélange des arts dans la programmation que vous proposez au CCN de Créteil ?

Oui car cela fait partie de ma sensibilité artistique : je ne viens pas du conservatoire, j’ai commencé à regarder de la danse très tard, et j’ai toujours aimé les rencontres, les mélanges, parce que c’est une manière de mieux comprendre l’autre et de faire des découvertes d’autres formes artistiques. Cette idée de croisement m’anime tout le temps, à la fois dans mon travail de création et dans ce que j’essaie de proposer aux publics - le public du centre-ville, celui des quartiers, les jeunes, les moins jeunes. L’idée des croisements nous permet peut-être de mieux se comprendre et d’avoir envie d’aller vers l’autre.

Dans Pixel vous mélanger danse et arts numériques, comment avez-vous procédé ?

Parfois l’image a guidé la danse, parfois l’inverse : je me suis donné toutes les libertés possibles, pour éviter de m’enfermer dans un cadre trop technique et risquer de perdre l’essentiel c’est-â-dire la danse, les corps.

Pixel

Vous vous mettez rarement en scène dans vos créations, pourquoi ?

Parce que je vieillis ! (rires) Je danse encore un peu sur certaines de mes pièces, mais la vérité c’est que c’est effectivement de plus en plus compliqué d’être à la fois danseur et chorégraphe, il y a plus de pression quand on crée. Et le corps n’a plus la même spontanéité qu’à 20 ans !

Diriger un CCN faisait-il partie de vos rêves ?

Je n’aurais jamais imaginé il y a 20 ans en être là, tout comme je n'aurais pas imaginé que le hip-hop ait cette reconnaissance des institutions. On avait bien sûr un rêve de gosse, à savoir que notre travail de chorégraphie soit reconnu par le public, mais de là à dire que je dirigerais un centre chorégraphique... Je suis extrêmement heureux de pouvoir être dans une institution comme celle-ci, et cela me permet de continuer à développer mon travail dans les meilleures conditions. On peut être fier du statut du hip-hop aujourd'hui quand on connaît l’histoire de cette danse. Le hip-hop amène quelque chose de nouveau à la danse et bouscule un peu les codes, on en a peut-être besoin.

Vous reste-t-il d’autres rêves à accomplir ?

Il faut qu’on continue à surprendre, qu’on poursuive notre parcours de créateurs. Mon rêve est de pouvoir continuer à apporter de la surprise, de la poésie, du rêve à travers mes créations. J’espère que c’est une danse qui continuera à séduire le plus grand nombre et qu’on la verra à la fois dans la rue et dans les théâtres… partout finalement, car c’est une danse généreuse, donc j’espère qu’elle continuera à rassembler tout le monde.

 

Votre dernier coup de coeur artistique ?  Le Carnaval de Rio où j’étais cette année. J’ai été surpris par les costumes, les chars, cette générosité dans la danse, l’aspect très populaire. J’ai été vraiment bousculé, cela m’a fait du bien.

Et dans votre mp3, il y a...? Ma playlist du moment c’est Vaya con Dios que j’aime beaucoup car c’est universel, dansant, un peu nostalgique…

Un cliché sur Créteil que vous détestez ? Le centre commercial Créteil-Soleil. On ne parle pas assez du lac de Créteil !

Le petit plat dont vous êtes le roi ? J’adorerais savoir cuisiner ! J'ai un peu honte, mais je sais faire des pâtes…

cie kafig - pixelLe spectacle "Pixel" à l'espace Malraux de Joué-lès-Tours affiche déjà complet le 27 avril. Pour suivre les activités du CCN de Créteil et de la compagnie Käfig sur ccncreteil.com

 

Photos Pixel ©Agathe Poupeney, portrait M. Merzouki ©Michel Cavalca.