L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



VALERIE LEMERCIER

« Ce n’est pas un spectacle sage, qui ne dit rien »

La comédienne révélée par son rôle de bourgeoise dans la série Palace a depuis connu le succès sur les planches comme au cinéma. Dans ses solos sur scène ou les films qu’elle réalise, elle diffuse un humour décalé à retrouver dans son nouveau spectacle. Pour l’occasion, elle répond à nos questions.

Dans votre spectacle, d’anciens personnages sont toujours présents : après dix ou vingt ans, la vie s’est-elle améliorée pour eux ?

Non pas forcément ! La châtelaine a revendu son château et y tient la cafèt par exemple. Mais les enfants sont toujours aussi joyeux, la petite fille par exemple n’a pas évolué. Les enfants ont toujours la même insouciance.

Une insouciance que vous regrettez ?

Disons que j’aime beaucoup cela, je crois que même à 80 ans je continuerai de jouer des enfants car j’adore incarner ces petites filles, cela m’amuse et j’en profite. Dans tous les spectacles il y a toujours eu des petites filles, dans celui-ci il y a aussi une adolescente qui fait des selfies et dont la mère rentre tard après avoir bu un pot avec ses collègues… Je joue aussi une relookeuse, un restaurateur « Bubulle or not Bubulle » très familier avec son auditoire, comme le sont maintenant les patrons de restaurants qui veulent absolument vous amuser en même temps qu’on vous sert à manger… Je joue aussi Jean d’Ormesson.

Jean d’Ormesson ? Vous ne vous interdisez rien en termes de personnages ?

Je ne m’interdis rien du tout, au contraire, c’est ce qui est marrant ! Aller de Jean d’Ormesson qui a plus de 90 ans à la petite fille de 7 ans ! D’ailleurs il est venu et cela lui a beaucoup plus car il a beaucoup d’humilité et d’humour. En tous cas ce n’est pas un spectacle sage, qui ne dit rien.

Vous ne faites jamais de captation vidéo de vos spectacles, mais les textes ont été publiés sous forme de livre : qu’est-ce qui vous y a poussée ?

On m’a proposé d’animer une master class à la SACD. Je n’avais pas mes textes donc je les ai tous réunis et j’ai parlé de mes spectacles devant un auditoire, on m’a demandé de lire des extraits ou d’en faire lire… Je me suis dit que c’est donc du texte, de la littérature comique si l’on veut, c’est de l’écrit donc cela peut être publié. Le dernier spectacle sortira d’ailleurs en livre de poche avec les 4 précédents.

C’est un spectacle qui n’a pas de titre, comme les précédents. Pourquoi ce choix ?

Il n’y a pas de titre car il n’y a pas non plus un thème unique. Comme j’aborde à chaque fois beaucoup de thèmes, de personnages et de milieux sociaux, les spectacles ont toujours porté le nom de la salle de spectacle… « Valérie Lemercer au Splendid », aux Folies Bergères,... et celui-ci au Châtelet. C’est mon 5e spectacle donc on peut aussi donner des numéros si l’on veut !

Il y a un endroit où vous rêveriez de jouer ?

J’aimerais bien jouer à l’Opéra Comique, une salle que je trouve belle. Mais je veux bien jouer aussi au Châtelet toute ma vie ! D’ailleurs ce spectacle ne devait pas exister : il y avait 5 semaines de trou au Châtelet et on m’a proposé d’y aller. C’est une salle que j’aime beaucoup car j’y ai présenté les Césars, c’est un endroit musical, un lieu qui me parle. C’est suite à cette proposition que le spectacle a existé.

Vous auriez attendu plus longtemps avant de revenir à la scène sans cette proposition ?

Je n’y serais pas allée, je ne serais pas revenue sur scène. Cela ne manque qu’une fois qu’on y est, quand on est sur scène et qu’on se dit « oh qu’est-ce que ça m’a manqué ! ». Mais quand on fait d’autres choses on n’y pense pas. J’adore, c’est là que je préfère être, le spectacle c’est magique, cet immédiat, cette vie sur les routes... j’ai l’impression de vraiment faire mon métier. D'ailleurs ce spectacle se transporte bien, il est sans doute plus facile ou plus « universel » que les deux précédents.

vous travaillez en ce moment sur votre prochain film, Marie-Francine, dont vous tenez le rôle principal : c'est quelque chose que vous prévoyez dès l'écriture ?

J’ai toujours pensé que je jouerai le rôle principal.

Et ce n'est pas difficile d'être à la fois devant et derrière la caméra de son propre projet ?

Je ne suis ni la seule ni la dernière à le faire. Evidemment que c’est complexe mais ce serait trop simple si c’était facile. Ce n’est pas de tout repos mais j’aime bien. Je pense que je suis plus actrice que réalisatrice, et j’aime bien écrire. Peut-être qu’un jour quand j’en aurai marre de ma gueule je ferai jouer quelqu'un d’autre, d'ailleurs je me demande parfois « si j’avais un accident qui je prendrais ? ».

Puisque cette interview sera également diffusée sur notre site web, quelle relation entretenez-vous avec les réseaux sociaux ?

Je ne suis pas sur Facebook, pas sur Twitter, pas sur Instagram. J’ai mon vieux Tumblr depuis 7 ans je crois, cela me va bien car je peux poster des images de tous formats, des textes, des vidéos… Je n’ai pas envie d’être totalement absente du web, mais c’est un rythme qui me va bien.

Dans votre lettre au Père Noël il y a...? Un pyjama, toujours. Je suis très pyjama, donc un de plus ça m’irait très bien, avec des chaussons.

Quelle musique dans votre mp3 ? Céline Dion « Encore un soir », beaucoup de Stromae, et des choses dansantes car on fait beaucoup de boums à trois dans la voiture quand on est en tournée !

Votre petit plat préféré ? Les coquillettes.

Dernier coup de cœur au cinéma ? J’ai beaucoup aimé la série 10%.

Vous l'aurez compris, la seule manière de voir le spectacle de Valérie Lemercier c'est donc d'aller la voir sur scène ! Rendez-vous le samedi 10 décembre à 20h30 au Vinci de Tours. Pour réserver, c'est juste ici.