L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



BEN L'ONCLE SOUL

« Besoin d'un électrochoc »

Le fils prodigue revient sur ses terres ! Le Tourangeau Ben l’Oncle Soul, après le succès de son 1er album et une tournée jusqu’au bout du monde, est de retour sur scène depuis l’automne avec le groupe Monophonics, avant la sortie de l’album fin août. PROG! a voulu en savoir plus...

Tu tournes depuis fin 2013 avec le groupe Monophonics, pourquoi avoir changé de musiciens ? Besoin créatif ?

J’avais plus la volonté de me mettre en retrait et d’arrêter un peu la musique ; J’ai été pris de court car le truc a explosé : au moment du 1er album j’avais 22 balais, je n’étais pas vraiment préparé à tout ce qui s’est passé. Comme je suis quelqu’un d’entier, en concert je donne tout ce que j’ai, du coup à la fin de la tournée j’étais rincé, je n’avais plus envie de faire de musique. Ce n’est vraiment pas le pire des métiers, mais quand on est parfois mal entouré ou on peut vraiment y laisser sa santé quand même, il faut être vigilant... J’avais en tous cas besoin d’un électrochoc, de faire une rencontre artistique qui me secoue un peu les tripes, qui me remue et me dise « Ben faut que tu te remettes à la musique ».

Tu envisageais alors de te remettre aux beaux-arts ?

Oui je voulais reprendre la peinture. Tout ça c’est juste une manière de s’exprimer, du moment qu’on a la sensation et la satisfaction d’accomplir certains objectifs, certains rêves qu’on s’est fixés... La peinture reste un de mes rêves depuis tout gosse, donc un jour ça me prendra et je m’y consacrerai, je continue un peu mais pas avec la même intensité. J’étais un peu paumé : tu fais un tube malgré toi, tu te retrouves avec ça dans les mains, qu’est-ce que tu fais ? Il faut faire mieux ? Et en fait non, il faut faire vrai. Donc j’ai attendu que ce soit un vrai moment, avec un truc qui me tenait à cœur, qui m’impliquait personnellement et c’est ce qui s’est passé avec cette rencontre des Monophonics. Ça aurait pu arriver avec d’autres personnes, mais c’est le hasard des rencontres, la vie est ainsi faite !

En partant aux Etats-Unis rencontrer les Monophonics, tu savais déjà que tu enregistrerais ton album avec eux ?

C’était un peu à demi-mot, je voulais visiter leur studio car sur leurs albums ils ont un son particulier, et moi je suis à la recherche du son chaud et authentique que j’écoutais sur les vinyls à la maison, je cours un peu après. Du coup je leur ai demandé si je pouvais voir comment ils bossaient, et ils m’ont proposé de faire un album pour voir !

Partir aux Etats-Unis, enregistrer là-bas, c'est un rêve que tu avais avant cette rencontre ?

Oui bien sûr, même dans la musique que je fais, toutes mes références ont été souvent américaines. Je suis un mec de 1984, on a grandi avec des séries américaines et des films hollywoodiens, donc les states c'était un kif de gosse, être capable de se dire "je m'installe là-bas". Je me suis installé à Los Angeles, je vis là-bas… Enfin je suis plutôt nomade car je n'ai pas l'intention de rester à L.A. très longtemps, mais c'est une expérience cool, la vie m'a emmené là-bas, j'y reste un peu jusqu'à ce que je m'ennuie…

Et ce que tu as trouvé sur place était conforme à ton rêve ?

Les rêves c'est juste d'être capable de partir à l'aventure, je n'avais pas tellement d'a priori. C'est une culture qu'on vit par procuration, donc il y a forcément des décalages entre ce qu'on s'est mis en tête et ce que c'est, et il faut faire la différence entre les rêves qu'on a commencé à concevoir super jeunes, et le jour où ça se réalise on est déjà adulte, on n'a plus les mêmes attentes. Je voulais voir des vieilles bagnoles et des mecs qui kiffent vivre en marge de leur temps, et y'a de ça, y'a plein d'endroits qui sont assez hors du temps, c'est beau, y'a surtout la nature.

Tu as par contre enregistré les voix en France, non ?

J'ai fait pas mal d'allers-retours en réalité, j'ai enregistré pas mal de voix à Paris chez moi, et aussi sur la route, car on a une petite formule où on pouvait monter juste un studio-voix là où j'étais. On était déjà en tournée au moment où je finissais l'album. C'est cool de jouer le nouvel album et de le faire découvrir en live, avec le groupe avec qui on l'a enregistré.

Tu auras des invités sur ce nouvel album ?

Disons qu’il y a une petite surprise sympa…

Est-ce que tu réaliseras toi-même la pochette de l'album ?

Non je fais confiance à un artiste que j'ai rencontré, Kay, qui est le graphiste d'Ubiquity Records donc c'est le mec qui fait toutes les pochettes pour tous les artistes signés sur ce label, où les Monophonics ont fait leurs deux premiers albums. Du coup on s'est rencontrés et j'adore son travail, super minimal et chouette. Je lui ai filé la musique et un pote photographe lui a filé quelques photos et il a fait son truc.

 

 

Ton pire cauchemar ? Que les gens ne se parlent plus. On serait quasiment automatisés, robotisés, la vie aurait fait en sorte qu'on soit tellement dans des petites boites qu'on n'aurait plus le moyen de communiquer, on ne saurait plus comment faire.

Si tu n'étais pas bloqué en tournée, ta destination de rêve pour l'été ? Je suis tout sauf bloqué, c'est ma destination de rêve ! Je parcours la France, il fait beau, les gens sont cools, je n'ai pas envie d'être ailleurs que là.

Un instrument dont tu rêverais de jouer? Depuis que je suis petit je veux faire du saxophone, ou de la trompette, les cuivres m'ont toujours attiré. Je suis un grand fan de Miles Davis et je me ferais bien des petits solos de trompette entre deux couplets… il ne tient qu'à moi de le réaliser ! J'essaie un peu sur la route mais c'est dur !

Ton duo de rêve ? Steevie Wonder ! Et il est encore vivant donc parlez-en autour de vous !

Ton meilleur souvenir de scène ? Franchement, ce n’est pas du fayotage, mais c’est Terres du Son parce qu’il n’y avait quasiment que des gens qu’on connaissait... Je n'en parle jamais mais mon premier vrai concert c'était la kermesse de mon école en primaire, l'école Claude Chappe. Et du coup à Terres du Son j'ai retrouvé ce moment où tu chantes devant tes potes, des gens que tu connais dans la vie, ton boulanger, le mec qui bosse à la mairie, tu croises tout le monde, c'est assez fou!

Expérience à renouveler le samedi 12 juillet sur la scène du festival Terres du Son ! Et toute l'actualité de Ben l'Oncle Soul sur son site officiel www.benlonclesoul.com

 

BEN L'ONCLE SOUL - INTERVIEW PROG!