L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



Doc GynécoDOC GYNECO

"Apporter un peu de joie et de bonheur aux gens"

Vingt après son premier grand succès, le Doc est de retour ! Depuis mai 2016 il est en tournée pour rejouer sur scène l'album Première Consultation et d'autres succès, avant de nous dévoiler en 2017 un tout nouvel album après plusieurs années d'absence. PROG! en a profité pour poser quelques questions à Doc Gynéco avant qu'il débarque à l'Escale de St Cyr/Loire le 2 décembre prochain.

Le disque Première consultation a déjà vingt ans : les chansons n'ont pas pris de coup de vieux ?

Non car elles ont un côté atemporel, elles prennent une saveur différente à chaque réécoute, comme un bon film qu’on prend plaisir à revoir.

Sur scène on retrouve donc uniquement les titres de Première Consultation ?

Je chante mes « classiques ». Pour des nouveautés, je préfère attendre que l’album soit sorti, diffusé en radio, que les clips soient diffusés pour ensuite partir sur une nouvelle tournée.

 

Où en êtes-vous justement de ce nouvel album annoncé pour 2017 ?

On arrive aux dernières étapes, mais je veux travailler dessus jusqu’au dernier moment car des choses vont se passer dans le monde, on a les élections ici en France, et en gardant un peu de souffle cela me permettra peut-être de rajouter un ou deux titres en fonction des événements.

Quelle équipe vous entoure sur ce projet ?

J’ai essayé de voir ce qui se passait dans le monde artistique, en allant dans les endroits les plus obscurs possibles car paradoxalement on trouve souvent des choses très intéressantes dans le bordel. Je suis toujours entouré d’un certain bordel car c’est là aussi que je puise mon inspiration, pour sortir de belles choses d'endroits très sombres, même si parfois je m’y perds aussi un peu. Quant à l'équipe, j’ai pris des musiciens hollandais, et des Français avec qui je suis en ce moment sur la route, j’ai enregistré une partie de l’album au Sénégal et en Cote d’Ivoire mais aussi au studio Ferber à Paris, et je vais peut-être aller un peu à Amsterdam.

 

Vous appréhendez la sortie de l’album avec le sourire malgré l’accueil contrasté de votre retour sur scène en mai dernier ?

Toujours avec le sourire ! Je n’ai pas beaucoup d’alternative, je ne peux pas passer d’un état à un autre, faire la tête ou bouder, ou me plaindre, ce n’est pas mon mode de fonctionnement. Et mon rôle en tant qu’artiste même s'il est limité, est aussi d’apporter un peu de joie et de bonheur aux gens dans des moments difficiles.

On retrouvera donc toujours ce mélange entre la légèreté des musiques et de certains textes et des questions plus sociales ?

Oui car c’est mon style je pense : utiliser des rythmiques assez douces, essayer de trouver dans les mots des sonorités qui peuvent prendre un sens aujourd’hui et plus tard. J’essaie d’apporter aux gens des réponses à des questionnements actuels liés aussi bien à l’écologie qu’à la situation du monde et ses conflits… Les questions plus existentielles font également un retour en force, j’ai constaté qu’il y avait beaucoup de problématiques liées au comportement, les gens sont parfois un peu perdus, stressés, angoissés... J'essaie donc de faire le lien avec les problèmes majeurs qui nous touchent parfois indirectement car ils sont loin de nos frontières, et nos comportements qui s’en ressentent quand même.

Vous évoquiez les prochaines élections : quel regard portez-vous sur le milieu politique français ?

Eh bien c’est étrange qu’on demande toujours aux artistes d’être à la pointe, de se renouveler constamment, d’être d’actualité, alors que ceux qui font l’actualité tous les jours sont toujours les mêmes, toujours aussi ternes ! J’ai donc le même regard je crois que la plupart des Français : je pense qu’on prend les mêmes et qu’on recommence. Des journalistes parlaient parfois du jeu des chaises musicales. Comme musicien j’adhère à cette image musicale, et plus sérieusement je crois qu’il nous faudrait de nouveaux partis et de nouvelles personnes.

Presque 10 ans se sont écoulés depuis votre dernier album Peacemaker (2008), vous n’avez donc pas touché à la musique durant tout ce temps ?

J’ai pris du recul par rapport à différents questionnements personnels et intimes. En tant qu’artiste on ne peut pas vraiment prendre une année sabbatique ou changer de travail, passer d’un poste ou d’un métier à un autre. J’ai pensé que j’allais pouvoir m’orienter vers d’autres choses, retourner pour ainsi dire à la "vie civile". Mais en réalité on ne m'a pas fait sentir que je pouvais faire autre chose. Et il faut admetter que je n’en avais pas non plus les capacités, je n’étais pas formé pour faire autre chose qu’artiste, je ne vois pas ce que je peux faire d’autre.

En ce moment dans votre playlist ?

Alors je regarde sur mon iPhone où j’ai tout : Aaron est au début, ensuite pas mal de choses qui viennent de sortir, j’écoute les maquettes qu’on m’envoie, mais très peu de choses qui sortent du rap ou de la fusion rap/électro.

L’équipe du PROG! n’est pas d’accord : certains adorent « Né ici » et d’autres votent pour « L’homme qui ne valait pas 10 centimes ». Et vous, lequel de vos titres préférez-vous ?

« Né ici » est une belle chanson, et « L’homme qui ne valait pas 10 centimes », eh bien vous imaginez ce que je vaux aujourd’hui en euro ! C’est un trait important de ma personnalité, je veux que les gens sachent que je ne cours pas après l’argent. Mais mes préférences varient avec le temps : certains titres sont agréables à écouter à un moment et on en préfère d’autres ensuite… Les nouveaux titres accrocheront j’espère le niveau de ces chansons-là en tous cas, mais avec un son et des textes actuels.

En tant que Doc Gynéco, qu’est-ce que devrait rembourser la Sécurité Sociale ? Coluche l’a peut-être déjà dit, mais un remède contre la bêtise ! Sinon je trouve qu’on a tendance à chercher des placébos, des remèdes compliqués alors que des choses simples font du bien, comme aller à un bon concert bien sûr !

doc gynecoPour une prescription qui mêle nostalgie et bonne humeur, Doc Gynéco vous attend donc le vendredi 2 décembre à l'Escale de St Cyr/Loire. Pour réserver votre consultation, c'est en cliquant ici !

 

 

Crédit photo ©HIDIRO