L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

... DE LA BASILIQUE SAINT-MARTIN DE TOURS

BASILIQUE st martin toursEn toute logique, la basilique Saint-Martin située aujourd’hui à l’angle de la rue des Halles et de la rue Baleschoux à Tours est liée de près à l’installation du fameux Saint dans notre belle Touraine. L’homme alors installé à Poitiers était plutôt bien côté, à tel point que lorsque les Tourangeaux perdent leur évêque Lidoire, ils ne voient qu’une option : le fameux Martin, pas très motivé par le poste.

Mais quand un Tourangeau veut quelque chose, il l’obtient : Martin est kidnappé par les habitants et ramené à Tours !

Si on lui doit le site de Marmoutier, le futur Saint n’est cependant pas à l’origine de la basilique qui porte son nom. Après une vie pieuse  agrémentée de quelques miracles, Martin décède en 397 à Candes (oui : aujourd’hui Candes-Saint-Martin, vous l’aurez deviné).

Les Tourangeaux ramènent son corps à Tours pour l’y enterrer. Et c’est là que l’histoire de la basilique commence, avec une première chapelle édifiée en 437. Les pèlerins sont nombreux, à tel point que l’évêque Perpet ordonne la construction d’une basilique où seront entreposés les restes de Martin dans un sarcophage, derrière l’autel. Une plaque de marbre marque l’emplacement où les catholiques continuent de venir rendre hommage au saint homme. Une communauté religieuse s’est même formée autour des lieux, devenus collégiale Saint-Martin.

saint martin de toursAu fil du temps, commerçants et habitants s’installent autour de ce lieu où s’arrêtent de nombreux pèlerins sur le chemin de Compostelle : le bourg de Châteauneuf, ou Martinopole, grandit, et fusionne avec Tours en 1356.

Incendies accidentels ou provoqués par l’ennemi (les Normands au IXe siècle ou les Protestants au XVIe) suscitent réparations et reconstructions successives. Mais à l’aube de la Révolution qui en fera des écuries, le bâtiment est toujours aussi mal entretenu, malgré les avertissements des architectes.

Et ce qui devait arriver arriva : les voûtes s’effondrent en 1797. Une seule solution : démolir la basilique, dont il ne reste aujourd’hui que les Tour Charlemagne et de l’Horloge, monuments historiques depuis 1840.

saint martin de toursAprès de houleux débats dès 1860 sur la taille et l’emplacement de la nouvelle basilique, ce n’est qu’en 1886 que des travaux débutent sous la direction de l’architecte Victor Laloux, à qui l’on doit la gare et l'Hôtel de ville de Tours. Plus petite que l’ancienne, la création de Laloux partage avec les anciens plans le tombeau de Saint-Martin, situé dans la crypte. Mais au-dessus, la sculpture du Saint par Jean-Baptiste Hugues veille sur la ville… jusqu’en 2014 où on l’ôte de son piédestal pour éviter qu’elle ne s’effondre.

Et sans vouloir spoiler le prochain épisode : le come-back de Saint-Martin est prévu pour bientôt !