L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



LA PETITE HISTOIRE...

...DES GUINGUETTES DE SAINT-AVERTIN

Il y a encore quelques temps, partir en goguette guincher du côté des guinguettes n’était plus d’actualité. Mais depuis quelques années, on voit refleurir sur les bords de rivière, du côté de Chinon, d’Azay-le-Rideau, Rochecorbon, Véretz, Montbazon, Tours ou Saint-Avertin des cabarets et bars-restaurants venus d’un autre temps.

Une tradition parisienne direz-vous ? Certes, les guinguettes sont nées à Montmartre, Belleville ou Montrouge, à l’époque où Paris n’était qu’un village… Puis elles ont gagné les bords de Marne et de Seine, pour offrir aux travailleurs des dimanches bien mérités au grand air. Mais la Touraine n’était pas en reste !

Saint-Avertin est ainsi à la fin du XIXe et au début du XXe siècle le rendez-vous préféré des Tourangeaux. Avant la deuxième guerre on n’y trouve pas moins de trente restaurants, hôtels, auberges et autres cafés… Et bien sûr des guinguettes !

A vélo, à pied, ou bientôt en tramway, les citadins se rendent ainsi dans ce village rural d’à peine 2000 habitants pour s’y amuser. Les noceurs viennent volontiers célébrer les mariés à quelques pas de Tours, et le dimanche on se met sur son 31 pour venir déguster la brioche chaude ou le poulet à la recette tenue secrète servis chez le chic restaurant Fauqueux, ou on s’attable sans chichis du côté de Jaulnay, de l’Etoile ou de la Chaumière.

La sortie au grand air est pour beaucoup l’occasion de danser et boire quelques verres du vin de Saint-Avertin, avant de s’essayer au tir aux pigeons, d’aller pêcher, piquer une tête ou canoter sur la rivière. Ce qui ne va pas sans accident, puisque tout le monde ne sait pas nager !

Au restaurant Jaulnay-Touchard on peut aussi profiter dès les années 1920 de films muets puis parlants! Avant que les nouveaux propriétaires de ce lieu très en vogue n’installent dans les années 1930 un bassin de natation et des pergolas: le top à l’époque !

L’urbanisation croissante de l’agglomération, les changements de mode et le déclin des guinguettes après-guerre transforment les rives saint-avertinoises: là où on guinchait hier, on vient aujourd’hui profiter des spectacles de l’Atrium.
Mais depuis cinq ans la Guinguette-la-Nouvelle prend ses quartiers tous les étés un peu plus loin sur les rives du Cher, pour redonner à Saint-Avertin ses allures d’autrefois mixées avec les tendances d’aujourd’hui !