L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



Brigitte by Dimitri CostesBRIGITTE

"C'est amusant pour nous d'être identiques, de jouer les jumelles"

Depuis quelques années, le duo Brigitte séduit les foules. Après un 1er album en 2010, Aurélia et Sylvie reviennent avec A bouche que veux-tu, et seront sur la scène de Terres du Son le samedi 9 juillet. Une belle occasion de passer de l’autre côté du miroir avec Sylvie !

Brigitte pose un sérieux problème de conjugaison : singulier ? pluriel ?

Brigitte c’est le nom du groupe, il reste donc au singulier. «Le groupe Brigitte a fait ceci», «Brigitte sera en concert à Terres du Son», et si ça pose un problème alors on peut dire «les chanteuses de Brigitte» !

Vous ne formez donc qu’une ! Vous cultivez même la ressemblance physique avec vos costumes de scène. Il y a tout de même de la place pour vos personnalités respectives ?

C’est amusant pour nous d’être identiques, de jouer les jumelles, d’avoir exactement le même bracelet, le même maquillage, le même vernis, les mêmes chaussures… Il nous est même arrivé une fois de rencontrer un duo de journalistes américains qui s’habillent pareil depuis vingt ans ! C’est à la fois amusant et troublant d’avoir cette sorte de miroir en face de soi. Mais Aurélie et moi sommes très différentes physiquement et dans notre manière de nous exprimer, et cela se voit sur scène.

Cela suppose une répartition précise des rôles en coulisses ?

On fait tout ensemble ! C’est sans doute cela qui fait que le duo fonctionne : c’est ce que nous apportons toutes les deux au projet qui le rend intéressant. C’est aussi car on est des grandes filles à l’aise dans nos baskets qu’on peut se le permettre, on s’intéresse à ce qu’apporte l’autre, au partage, au mélange… c’est tout l’intérêt du duo.

Brigitte by Dimitri Costes

Vous faites tout toutes seules, au point d'avoir créé votre propre label : d'où est venue cette envie (ou ce besoin !) ?

On avait déjà cette envie avant l'enregistrement du 1er album car à l'époque on avait déjà fait 3 clips, un EP, des concerts, un passage dans Taratata… Comme personne ne voulait travailler avec nous on avait décidé de faire les choses nous-mêmes, et ce n'était pas si mal ! Le clip et la prod' de "Battez-vous", "Ma benz" ou "La vengeance d'une louve" sont des morceaux qui nous ont fait connaître et qu'on avait faits toutes seules. Quand on a eu la possibilité de créer un label on l'a donc fait, on avait d'ailleurs hésité sur le premier album mais on avait peur que ce soit trop compliqué. Pour ce deuxième album on a donc produit, coréalisé, arrangé, tout en étant entourées de gens de talent. Pour nous c'était quelque chose de naturel de s'occuper de cette partie-là car c'est une manière d'être libre. Un artiste qui signe avec un label doit présenter ses chansons et certaines seront peut-être rejetées, l'artiste est un peu à la merci du producteur. Là on fait notre album comme on le sent, comme on est. Et on reste propriétaires de nos chansons ce qui est aussi très important car on n'est pas liées à vie avec une maison de disques comme c'est le cas avec les contrats d'artistes.

Vos chansons continuent d’aborder les relations hommes-femmes, mais plus tout à fait sous le même angle...

Les deux albums nous ressemblent, on n’est pas toujours dans le même mood, et on s’autorise plein de facettes : la femme trompée, la femme qui trompe, la femme perdue ou la femme qui se réjouit d’avoir une aventure d’un soir… Notre productrice ne comprenait pas qu’on mette « La vengeance d’une louve » et « Monsieur je t’aime » juste après, alors qu’on a le droit d’avoir plusieurs visages ! On n’est pas d’humeur égale et la vie n’est pas un long fleuve tranquille...

Un sujet inépuisable ?

Je pense que c'est un sujet inépuisable, et en même temps de quoi d'autre peut-on parler dans une chanson ? De son chien ? Tout a un rapport avec la nature humaine, même quand on parle d'écologie ou d'un paysage on évoque ce qu'on ressent.

 

L'aventure Brigitte est arrivée tard dans vos parcours artistiques respectifs, est-ce que c'est un mal pour un bien d'avoir connu la notoriété après vos premières expériences ?

Je ne sais pas si j'utiliserais cette expression… Sans doute que d'avoir connu des échecs nous sert aujourd'hui, tout nous forge. Avoir été au fond du trou permet en tous cas de relativiser. Parfois on s'interdit des choses alors qu'on ne risque que le ridicule ou que ça ne marche pas, donc aujourd'hui on fait les choses à fond, on n'a rien à perdre car au final on ne risque pas grand-chose. J'ai mis du temps à accepter qui on était, ce qu'on voulait faire. Certains trouvent tout de suite, ce n'était pas notre cas, il a fallu qu'on se rencontre, qu'on se rassure, qu'on s'encourage à être nous-mêmes pour réussir à l'être, et mieux vaut tard que jamais !

Qu'est-ce qui vous pousse à choisir une chanson pour en faire une reprise ?

Les reprises sont liées à une histoire, à des conditions particulières. Pour "Allumez le feu" par exemple un de nos amis a eu un incendie dans son appartement. Plutôt que de se morfondre il a organisé une fête et a demandé aux invités de venir fêter l'incendie en reprenant des chansons sur le feu parmi une liste qu'il proposait. Aurélie et moi étions étonnées qu'il n'y ait pas "Allumez le feu" ou NTM ! On l'a jouée une ou deux fois, puis on l'a oubliée pendant un temps avant de l'intégrer au bonus de reprises qu'on a sorti en 2012. C'est une chanson qu'on a tordue - la rythmique, quelques accords, le tempo… C'est intéressant de prendre cette matière pour en faire autre chose, comme si tu prenais une vieille robe dont tu n'aimes plus la coupe et tu lui redonnes un autre style.

 

En ce moment dans ton mp3 ? Tame Impala, Juliette Armanet qui a fait nos premières parties, Chat, Dick Annegarn, Kool and the Gang, et Balavoine car on prépare un concert spécial pour les Francos de la Rochelle.

« A bouche que veux-tu » c’est une vieille expression que vous remettez au goût du jour : quelle est l’expression que vous utilisez tout le temps ? Je ne l’utilise pas souvent mais ma mère me le disait souvent et j’adore : «Minute papillon !»

Le meilleur moment d'une tournée ? C'est la fin de chaque concert, je trouve toujours ça fou, tous ces gens qui applaudissent, sont contents, ont aimé le concert et font un boucan du tonnerre ! C'est dingue d'être là.

Le duo Brigitte à peine revenu de l'étranger a démarré sa tournée des festivals de l'été. En Touraine, le rendez-vous est donné : Terres du Son le samedi 9 juillet !

 Et pour continuer à vous échauffer pour le festival, retrouvez également Oxmo Puccino en interview en cliquant ici.

 

Photos ©Dimitri Coste