L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



Chantal GoyaCHANTAL GOYA

« J’ai l’impression de faire partie des familles »

La chanteuse de notre enfance continue d’enchanter les publics de tous âges. Elle revient à Tours avec un nouveau spectacle écrit et composé par son mari Jean-Jacques Debout, Les Aventures Fantastiques de Marie-Rose. L’occasion pour nous de lui poser quelques questions.

Ces « Aventures Fantastiques de Marie-Rose » sont un nouveau spectacle, mais on y retrouve tout de même vos grands succès ?

Pour tout vous dire, j’arrive sur scène dans la voiture de Bécassine, le public est alors comme fou ! Les adultes sont replongés dans leur enfance, mais Bécassine, le Chat Botté, le Lapin ou le Panda n’arrivent pas non plus dans l’histoire comme un cheveu sur la soupe. Jean-Jacques a écrit une nouvelle histoire qui démarre dans le Vieux-Paris représenté sur scène par de beaux décors, et je suis accompagnée par un petit rat, Rat-Courci, avec qui je forme un duo qui fonctionne bien. Cela nous permet d’emmener les spectateurs dans l’histoire, qui nous  fait voyager jusqu’au Gabon. Il y a donc de nouvelles chansons, et c’est un défi qui fonctionne bien : la salle crie «Olé!» pour la chanson du Petit Taureau d’Espagne, le french-cancan fait danser les petits et les grands, car il y a aussi beaucoup de clins d’oeil aux parents.

Musicalement parlant, vous restez sur des rythmes et mélodies plutôt classiques, pas de rap, d'électro...

Vous ne me verrez jamais chanter cela car d'autres le font très bien, et ça ne correspond pas non plus à mon public : je veux que le public se retrouve dans ce qu'on écrit. Jean-Jacques a écrit cette fois-ci un spectacle très théâtralisé qui change des spectacles précédents, l'histoire est adaptée au lieu, le décor représente le vieux Paris, le vieux Montmartre avec le Moulin Rouge… On a l'habitude de me voir dans des choses énormes mais ce spectacle-ci est fait pour le théâtre, avec plus de proximité avec le public. L'idée d'un petit rat, Ratcourci qui est avec moi le fil conducteur du spectacle, un personnage très énergique, pour un duo qui fonctionne bien et nous permet d'emmener les gens dans l'histoire.

Participez-vous à l'écriture du spectacle et des chansons aux côtés de votre mari ?

Non, c'est Jean-Jacques qui s'occupe de tout cela, je me charge surtout des costumes en courant partout pour dégotter la perle rare. On n'est jamais mieux servis que par soi-même, donc comme je sais ce que je veux et je connais des endroits où je peux les trouver, c'est plus simple que de déléguer quelqu'un. En général j'ai l'œil et je trouve les bonnes tailles du premier coup ! Certains costumes d'origine sont également toujours là, comme celui du Chat Botté qui date de 1982, de même pour le Panda ou Bécassine qui ont leurs costumes d'origine grâce à des matériaux et un travail de qualité.

Chantal Goya

Vous aviez débuté comme chanteuse yéyé et actrice chez Godard: pas de regret ?

Non, aucun, car ma plus belle réussite c’est la carrière que j’ai faite pour les enfants. Je n’avais rien prévu, j’ai toujours fait les choses spontanément, à l’instinct et avec coeur, sans calcul. Je me suis amusée avec Godard, Serrault, Noiret, Léaud... J’ai tourné jusqu’en 1972, puis les Carpentier nous ont appelés pour leur émission télé où j’ai chanté... Vous savez tout est tarabiscoté dans ma carrière : au départ je suis allé voir le patron de presse Daniel Filipacchi car je voulais être journaliste grand-reporter, et monter un magazine qui fasse le pont entre l'Angleterre et la France. Mais il a voulu me faire chanter ! Jean-Jacques m'a alors écrit la chanson "C'est bien Bernard le plus veinard de la bande", en m'appliquant comme une bonne élève, puis je suis passée à la télé et dans la revue "Age Tendre" alors que je n'avais rien demandé... C'est d'ailleurs comme ça que Godard m'a repérée.

Mais comment s'est fait le passage des yéyés à la chanson pour enfants ?

J'ai enchaîné plusieurs films après Masculin Féminin de Godard, puis j'ai arrêté car je ne recevais tout simplement pas de proposition. Je ne me prenais pas la tête, je vivais à la campagne, puis Marithie et Gilbert Carpentier ont contacté Jean-Jacques pour qu'il écrive des mini-comédies musicales pour leur émission télé. A l'époque les artistes se retrouvaient simplement autour d'une table chez les Carpentier et on se disait "je fais un curé et tu feras le contrôleur", on appelait Julio Iglesias, Sylvie Vartan pour monter des numéros... J'ai donc fait les petites filles modèles avec Sylvie Vartan, le duo a eu du succès, puis il restait encore 5 minutes d'émission à combler : Jean-Jacques a donc écrit "Les petits foulards" que j'ai chanté et la chaîne a reçu 500.000 lettres ! Marithie m'a alors conseillée de faire de la chanson pour enfants.

Aussi simplement que ça ?

Pas tant que cela puisqu'on a enregistré la chanson sous forme de disque, je l'ai amené dans toutes les maisons de disque mais on me disait que chanter pour les enfants ce n'était pas assez commercial. J'ai donc laissé tomber, jusqu'au jour où nous avons croisé un producteur au Rex : c'était le président des disques RCA, et nous avons vendu 40 millions de disques ensemble. Après cela il y a eu la chanson du lapin, "Voulez-vous danser grand-mère", ... L'Olympia s'est vite rempli, et Bruno Coquatrix a conseillé à Jean-Jacques d'écrire une comédie musicale avec toutes ces chansons. C'est devenu La Forêt Magique.

chantal Goya

Le public enfantin est-il particulier ?

Ce sont les parents qui leur font découvrir mon univers, car je ne passe pas en radio. Les adultes réclament toujours les anciens titres, et les petits me disent parfois «tu étais petite quand maman t’as connue», c’est un lien affectif fort entre eux... Et j’ai l’impression de faire partie des familles !

Comment avez-vous vécu votre retour dans les discothèques à la fin des années 90 ?

Moi qui ne sors pas, me couche tôt et ne boit pas d'alcool, c'était étrange ! Pour le film d'Aghion le titre Bécassine a été remixé et a eu un grand succès : les radios se sont emparées du titre et les boites de nuit de toutes tailles m'ont demandée. Je ne l'avais jamais fait donc j'ai voulu essayé, tout en restant Chantal Goya, avec mes costumes, mes personnages, il n'était pas question d'y aller en mini-jupe ! Eh bien ils étaient comme des fous, je ne savais plus où me mettre ! Je disais aux jeunes d'arrêter de boire car ils étaient saouls, et ils me criaient qu'ils m'aimaient. C'est un monde que je ne connaissais pas c'était drôle. Et tous ces jeunes m'ont demandé les grands spectacles. C'est ce qui m'a motivée à les reprendre. 

Presque deux heures de spectacle, c’est une performance artistique mais aussi physique : vous avez un secret ?

Non je n’ai pas de secret, et pour tout vous dire je n’ai pris que 8 jours de vacances pour me reposer un peu cet hiver, mais je travaille tout le temps depuis le mois d’aout... Je crois que c’est le travail qui me tient en forme !

 

La question que vous posent souvent les enfants ? « Tu t’appelles Chantal Goya comment ?»

Un livre de chevet ? Non, mais Jean-Jacques me lit les Mémoires de Churchill.

Le meilleur moment de votre carrière ? Il y en a eu plein, mais évidemment c'est d'être sur scène dans mes spectacles, c'est ma force.

Dernier coup de cœur artistique ? Je ne l'ai pas encore vu mais le film Chocolat de Roschdy Zem avec Omar Sy m'attire beaucoup… C'est un acteur talentueux que j'ai rencontré par hasard : il a demandé à se prendre en photo avec moi sans que je réalise tout de suite que c'était lui, et lorsqu'on a pris la photo j'ai remis un nom sur ce visage et j'étais intimidée car j'ai beaucoup de respect pour les artistes. Et James Thierrée le petit-fils de Chaplin est également un immense artiste.

Quelle est le meilleur atout de la Touraine ? Sa terre ! J'ai habité plusieurs maisons et je devenais folle car lorsque je voulais faire un potager ou planter des roses anciennes rien ne marchait, alors qu'en Touraine tout poussait ! La région porte bien son nom de Jardin de la France.

Chantal GoyaRetrouvez Chantal Goya dans le spectacle inédit "Les aventures fantastiques de Marie-Rose" le samedi 19 mars 2016 à 15h au Vinci - Tours. Toutes les informations et réservations sont dans votre agenda des sorties préféré !

portrait chantal goya