L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



GRAND CORPS MALADE

"Je suis de l'école du slam"

Sous les feux des projecteurs médiatiques ces temps-ci avec la sortie de l'album "Il nous restera ça" sur lequel il a invité des artistes de tous horizons à slammer, Grand Corps Malade continue de creuser le sillon du slam. Sa route passera par la Touraine avec un concert à Chinon ce samedi 21 novembre, l'occasion pour PROG! de lui poser quelques questions.

On découvre certains artistes grâce à l'album Il nous restera ça, comme Luciole par exemple, Lino qui vient du rap ou Ben Mazué qui gagne à être connu : comment avez-vous choisi vos invités ?

De manière arbirtraire, puisque j'ai choisi des artistes que j'aimais. Pour moi Lino est une légende du rap français des années 90 avec Arsenik, j'ai toujours été très sensible à son écriture efficace, Luciole que j'ai découverte dans le slam il y a plusieurs années, car on a partagé les mêmes scènes à une époque, Ben Mazué, dont j'aime le travail...

C'est vous qui leur avez demandé de dire leurs textes plutôt que de les chanter ?

Je leur ai dit quelque chose d'un peu plus vague : que c'était un album à ma façon avec des textes lus plutôt que chantés, mais je leur ai précisé qu'il n'y avait aucune contrainte et que si la règle était de dire ses textes, toutes les règles sont faites pour être transgressées donc s'ils avaient envie de chanter c'était avec grand plaisir. Finalement il y a très peu de chant, Luciole a chanté un peu, Renaud dans le refrain, et pour les autres c'est plutôt parlé.

Est-ce que ça n'a pas été difficile pour certains qui n'ont pas l'habitude de dire leur texte ?

Il n'y a pas eu de problème. Aznavour l'a déjà fait plein de fois, dans sa chanson "Je n'ai rien oublié" par exemple il finit en parlant, il a toujours aimé dire ses textes car il a toujours trouvé que, quand on enlève la mélodie, cela donne plus de force aux paroles. Pour en avoir parlé avec lui, il est assez friand des textes parlés. Celui pour lequel cela a été bizarre au début c'était Thiéfaine qui n'était pas très à l'aise. Il m'a raconté qu'il avait mis du temps à accepter sa voix chantée, donc il lui fallait à nouveau un moment d'adaptation pour accepter sa voix parlée.

Est-ce parce que le rythme d'un texte se suffit à lui-même que vous ne vous lancez pas dans la chanson ?

Je m'amuse de plus en plus des fois sur scène, un petit refrain par-ci par-là, mais je suis vraiment de l'école du slam, j'ai toujours dit mes textes, c'est ma manière à moi de défendre mes textes, la plus spontanée, mais je ne m'interdis pas d'autres choses.

 

Vous étiez venu en Touraine l'été dernier sur l'invitation de la Meute Slam 37, dont les membres sont également ceux de la Ligue Slam de France : vous participez souvent à leurs activités ?

Je continue à faire des ateliers slam même si c'est un peu moins fréquent en période de tournée, je continue à me tenir au courant, à essayer de faire des petites scènes slam de temps en temps. J'ai de bons rapports avec la Ligue Slam qui m'avait proposé d'être parrain mais je ne me sentais pas assez impliqué pour mériter ce rôle, donc je suis une espèce de membre d'honneur, j'essaie de leur donner un coup de main de temps en temps sur certains projets. On bosse sur un projet de slam à l'école par exemple, pour que le slam soit une ressource pédagogique plus connue et ancrée à l'école.

Le slam se porte donc bien en France ?

Oui, il se porte très bien. Il faut différencier le slam qui existe dans les bars, les ateliers, les lycées, les écoles, les prisons, et ce qui se fait dans les médias : on en parle moins qu'au moment de la grande mode du slam, mais sur le terrain le slam se porte très bien, il y a beaucoup d'événements slam en France et aussi ailleurs. Le slam s'est développé en Afrique, au Québec, il y a un slam francophone vraiment très actif. Les slammeurs qui font des projets médiatiques, commerciaux, sont un peu moins nombreux qu'avant mais cela ne veut pas dire que le slam n'est pas vivant.

 

Que trouve-t-on en ce moment dans votre mp3 ? L'an dernier c'était Christine and the Queens, même si ce n'est pas très original car elle a eu beaucoup de succès. Ben Mazué aussi, qui n'est pas encore très connu mais qui va le devenir car il a un talent incroyable. En ce moment je suis plutôt dans des trucs plus anciens, un petit Barbara ou un bon vieux Stevie Wonder.

Dernier coup de cœur au cinéma ? Mommy de Xavier Dolan. J'ai pris une bonne claque.

Votre friandise préférée ? Les bonbons qui piquent.

Grand Corps MaladeGrand Corps Malade sera en concert à l'espace Rabelais de Chinon ce samedi 21 novembre à 20h30. Toutes les infos sur l'agenda du PROG! et pour suivre ses prochaines actualités direction Facebook.

 

 

 

photos ©Julien Mignot

grand Corps malade