L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



EZ3KIEL

« explorer de nouveaux horizons musicaux »

Ez3kiel aura carte blanche sur la scène du festival Terres du Son le 11 juillet prochain. Tandis que l’expo de ses «mécaniques poétiques» passera de La Riche au château de Candé pour l’occasion, Yann Nguema, aux images et programmation, répond à quelques question de PROG!

Terres du Son vous donne carte blanche : qu’allez-vous en faire ?

On prépare un nouvel album et un nouveau live mais ce ne sera prêt qu’en décembre prochain, donc pour juillet on ne pouvait que remettre en marche notre dernier projet arrêté il y a 9 ou 10 mois, Ez3kiel extended. C’est un projet qu’on a joué une trentaine de fois mais qu’on a arrêté car il est assez lourd, avec 20 personnes sur la route et 10 musiciens sur scène. Nous sommes à domicile puisque la plupart des musiciens sont tourangeaux, et cela nous semblait intéressant de le refaire une dernière fois exprès pour Terres du Son.

Le projet Ez3kiel Extended ne semble pas forcément conçu pour les festivals...

C'est la 3e fois qu'on le jouera en festival, mais effectivement la formule a plutôt été pensée pour des salles assises. Mais l'avantage du festival est qu'on ne joue pas 1h30 donc on choisit les morceaux les plus appropriés car l'atmosphère des morceaux très calmes ne s'y prête pas forcément… dans une salle assise c'est plus facile de descendre très bas.

Le visuel fait tout de même partie du concert ?

Toujours ! Depuis vingt ans il y a toujours une partie visuelle, on n'a jamais joué sans.

Justement, quel rôle jouera l'image sur le nouveau projet ?

C’est la lumière qui sera mise en avant cette fois. J’ai souvent travaillé l’image dans un carré blanc placé sur scène, mais avec le temps je regrettais que l’image ne déborde pas de ce carré. Ce que permet la lumière. On a mis au point un écran qui peut aussi projeter de la lumière C’est en référence à tout ce travail que le projet s’appelle Lux.

Cela veut dire que vous travaillez en simultané la création visuelle et la composition musicale ?

Le travail de composition a commencé depuis longtemps pour ce nouvel album, mais il nous fallait une ligne directrice, et on a mis très longtemps avant de trouver cette nouvelle direction. Chacun travaillait de son côté, moi à faire des programmes, mes collègues à faire de la musique et on s'est mis d'accord sur ce thème, LUX. Une fois que le dispositif scénique a été arrêté, on a fait le point sur ce qu'on avait déjà en musique et on a réarrangé pour que cela résonne mieux avec la prochaine tournée. Finalement on fait tout en même temps: l'album, l'écriture du prochain live, la composition des morceaux et la conception du dispositif qu'on utilisera sur scène.

Bizarre de vous retrouver à 4 en studio après l’aventure Extended  et le Naphtaline Orchestra (orchestre symphonique)?

Ces deux expériences nous ont un peu mis en difficulté pour rebondir sur un nouvel album, parce qu’on passait d’une richesse d’arrangements à quelque chose de plus basique, du coup on a mis très longtemps avant de se réinventer et le pari n’est pas gagné. Il faudra voir ce que dira le public ! Avec ces deux projets on est allés très loin en termes d’arrangements, de lyrisme, et là il fallait qu’on change complétement notre discours musical, ce qui nous a pris du temps. Pour le moment on a réussi à retrouver une ligne directrice qui s’éloigne suffisamment des projets précédents et qui nous permet d’explorer de nouveaux horizons musicaux, en allant vers un aspect très électronique.

C’est presque un grand écart !

On nous parle souvent de grand écart pour notre musique… on finit par penser que notre public doit être assez souple pour passer d’un style ou plutôt d’une couleur à l’autre ! Mais il y a quand même un point commun à ce qu’on fait, peut-être cette mélancolie, ce spleen… Que ce soit avec de la musique électronique ou avec des violons ou un accordéon, il y a une couleur qui reste.

Puisqu'on parle projets, à quand Ez3kiel à l'étranger ?

On n'a pas eu beaucoup d'occasions faute d'actualité ces derniers mois, et avec ce projet c'est quitte ou double car le dispositif scénique peut se transformer en contrainte. Il faut un camion pour le déplacer, et on ne veut pas jouer sans. Or à l'étranger nous n'avons pas le même succès qu'en France, donc on ne peut pas imposer ce type de conditions ni retomber sur nos pieds financièrement si cela suppose un surcoût. Mais peut-être qu'au contraire le projet nous ouvrira de nouvelles portes, car il est original et singulier ? Bizarrement on a du mal à tourner à l'étranger alors qu'on est un groupe sans parole, donc potentiellement exportable… On a sans doute trop de matériel. Et à moins d'être un DJ ou une formation réduite de deux ou trois personnes, jouer à l'étranger sans perdre d'argent est quasiment impossible.

C'est un peu le revers de la médaille de l'autoproduction ?

Effectivement être indépendant permet plus de liberté, puisqu'on a personne pour nous diriger, mais on a moins de liberté financière car on n'a pas le réseau qu'aurait une bonne maison de disque. On n'est pas très forts en communication, on n'a pas de carnet d'adresses très élaboré en termes de relations média, on ne parle pas beaucoup de nous dans la presse nationale spécialisée… Je pense que si on avait une maison de disque ce serait différent… Mais les maisons de disques ne s'intéressent pas à nous, la presse non plus… Heureusement qu'une partie du public est là !

Vous travaillez l'image au sein du groupe, vous n'avez pas envie d'aller jusqu'au court-métrage?

On y pense parfois, mais ce n'est pas parce qu'on fait des images et de la musique qu'on a les compétences pour passer à l'animation. Ce sont deux choses très différentes et on n'a pas les compétences ou l'expérience pour ça. On fait plus du décor, et ce n'est pas parce qu'on fait un beau décor ou une belle musique qu'on peut faire un beau film ! D'ailleurs curieusement on n'a jamais fait de vidéo clip, alors qu'on est un groupe qui travaille sur l'image… Donc on commencera peut-être par un clip et après on verra !

Ne pas faire de clip c'est un choix réfléchi ?

On ne pourrait pas payer un clip donc il faudrait le faire nous-mêmes, je devrais m'en charger avec un ordinateur et un appareil photo : autant dire que je ne mets pas toutes les chances de mon côté ! Entre passer deux mois de travail sur un clip qui ne sera diffusé que sur youtube et travailler sur le prochain projet qu'on jouera sur scène devant des milliers de spectateurs, je préfère la deuxième option.

En ce moment sur votre mp3 il y a... ?

Je ne suis pas le membre du groupe qui écoute le plus de musique, mais il y a James Beck que j'adore, Son Lux, Timber Timber...

La machine que vous rêvez d’inventer ?

J’adorerais pouvoir projeter sur quelque chose d’immatériel, une sorte d’hologramme, projeter dans le ciel... ça viendra !

En attendant le nouvel album d'Ez3kiel et le nouveau live prévus pour l'automne 2014, vous pouver les retrouver sur www.ez3kiel.com et sur la scène du Festival Terres du Son le 11 juillet avec l'une des dernières représentations du Ez3kiel Extended ! Toute la programmation de Terres du Son sur www.terresduson.com

 

EZ3KIEL - INTERVIEW PROG!