L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



DIDIER WAMPAS

"le rock'n'roll c'est ma façon de m'exprimer"

Déjà présent en 2014 à Aucard de Tours avec Sugar&Tiger, groupe formé avec sa compagne, ses fils et le batteur des Wampas, Didier Wampas est de retour avec le groupe punk-rock déjanté qui lui va si bien ! Avant de le retrouver sur scène à la Gloriette le jeudi 11 juin, questions-réponses avec Didier Wampas.

Didier Wampas en solo est rarement tout seul : Sugar & Tiger l'an dernier, et aussi une collaboration avec les Bikini Machine. Comment était né ce projet ?

Effectivement je ne suis jamais tout seul ! J'avais enregistré un album aux Etats-Unis avec des Américains, mais ce n'est pas très pratique pour tourner. On a le même éclairagiste avec les Bikini et quand il a écouté le disque il m'a conseillé d'aller vers eux car c'est la musique qu'ils aiment et qu'ils font. Donc je suis allé à Rennes dans leur local de répèt et ça a collé tout de suite. On a tourné ensemble pendant un an, puis on s'est dit que c'était bête de se quitter comme ça donc on a fait un album ensemble et on a continué à tourner.

Depuis, il y a eu le nouvel album des Wampas Les Wampas font la gueule en octobre dernier et des dates de concert : c'est un retour aux sources?

Pas vraiment, on ne s'est jamais vraiment arrêtés : on s'était mis en pause car tout le monde faisait des trucs à droite à gauche, puis on a ressorti un album et on tourne.

Toujours la même énergie qu'aux débuts ?

Je ne comprends pas pourquoi tout le monde me demande ça : évidemment qu'on a toujours de l'énergie et toujours envie sinon on ne ferait plus ça !

Disons que comme vous êtes retraité (de la RATP) on peut se demander comment se passe votre vie maintenant ?

Justement c'est tout le contraire, je n'arrête pas, j'ai encore plus la forme que jamais et je suis sur ces trois groupes - Sugar & Tiger, les Wampas et la collaboration avec Bikini Machine. Ma vie de "retraité" c'est simplement de faire aujourd'hui ce que beaucoup de groupes font : maintenant je ne fais que de la musique, alors qu'avant je travaillais en parallèle.

 

Avec les Bikini Machine vous avez créé la chanson "Viré de Skyrock" : quelle est aujourd'hui votre relation avec les médias, les radios ?

On ne passe pas trop en radio, mais de toutes façons je n'ai pas trop envie d'être en lien avec les médias. Les rares fois où je vais à la télé, j'y vais à reculons, en me disant qu'il faut bien y aller, mais ça ne me plait pas, je ne fais aucun effort pour entrer dans le PAF.

Vous vous sentez mieux en studio et sur scène ?

Partout ! Dans la vie, sur scène, en studio, quand je fais du vélo… Je n'ai juste pas envie de rentrer dans ce grand cirque médiatique, ça ne m'intéresse pas. J'écris des chansons, j'ai envie de faire de la musique, de faire du rock'n'roll et de faire des disques.

Et en une trentaine d'année, le style des Wampas a évolué ?

Oui et non… J'ai évolué dans la vie, donc forcément ça a une influence. Mais la musique est toujours la même, je ne vais pas me mettre à faire de l'électro, du hip hop ou du reggae. Je continue à faire du rock'n'roll car c'est ça qui m'a touché un jour quand j'étais petit, et c'est ma manière de m'exprimer. Je parle français car c'est la langue où j'ai grandi donc je m'exprime en français : c'est pareil pour le rock'n'roll, c'est ma façon de m'exprimer. Je ne dis pas que le rock est mieux que le reste, il n'y a pas de jugement de valeur, c'est juste que c'est comme ça que je m'exprime.

C'est votre seule manière de vous exprimer, il n'y a pas d'autres moyens d'expression dans votre jardin secret?

Non et je n'en ai pas envie. Le rock'n'roll comme je le fais, en trois accords avec les doigts (je ne sais toujours pas jouer de guitare), c'est tellement étroit que tu es obligé de mettre quelque chose de fort dedans. A la limite, si on me propose quelque chose d'autre peut-être que j'essaierai, mais je ne recherche pas cela, je suis content de faire ce que je fais. Peut-être que dans 10 ou 20 ans ce sera autre chose, mais pour l'instant ça me plait.

Et à plus court terme est-ce que vous avez d'autres collaborations en vue ?

Il y a déjà trois projets avec Sugar & Tiger, les Wampas et les Bikini, je ne pense donc pas en faire d'autres car ça fait déjà pas mal, à moins d'une rencontre coup de cœur, tout peut arriver !

Qu'est que vous ferez pour la fête de la musique ?

Cette fête de la musique est un peu dénaturée, au départ c'est une fête pour que tout le monde aille jouer dans la rue, et maintenant quand je vois des gros podiums sponsorisés avec des gros groupes je trouve que c'est dommage. En principe c'est pour des gens qui ne jouent pas toute l'année, c'est comme la Fête du travail : on ne travaille pas, eh bien à la fête de la musique, les musiciens ne devraient pas jouer ! Enfin je vous dis tout ça mais en vérifiant je vois que je joue le 21 juin au Hell Fest, mais c'est un autre contexte.

Vous êtes à l'aise dans l'univers métal ?

C'est assez drôle d'aller jouer au Hell Fest, ça me fait rire.

Il y a des festivals où vous aimeriez jouer plus spécialement ?

Non, je suis content d'aller jouer partout, je n'ai pas d'envies particulières de tel ou tel festival ou lieu, j'irais bien jouer partout dans le monde si je pouvais !

 

 

Votre livre de chevet ? En ce moment, un roman de Modiano.

Votre plat préféré ? Comme dit Eddy Mitchell, l'estomac d'un rocker se limite aux cheeseburgers.

Le meilleur moment sur scène ? C'est quand ça dérape et que ça devient n'importe quoi.

Vous cherchez le dérapage ? J'avoue que je le cherche un peu, je cherche la moindre opportunité de faire que ça dérape et ce n'est pas toujours évident !

Les Wampas enflammeront le chapiteau d'Aucard de Tours le jeudi 11 juin sur la Plaine de la Gloriette, en compagnie de Have the Moskovik, Peter Kernel ou encore Scoop & J.Keuz. Toutes les infos sur le site de Radio Béton et les dates des Wampas partout en France sur leur site wampas.com .