L’AGENDA DES SORTIES DU 37

lien agenda
  • image annonceur
  • image contact

Trouver une sortie



MOTHER !

De Darren Aronofsky

Un couple voit sa relation remise en question par l'arrivée d'invités imprévus, perturbant leur tranquillité. 

Interdit aux - 12 ans

Nouveau thriller de Darren Aronofsky, réalisateur américain auquel on doit les magnifiques et cultes Black Swan et Requiem For A Dream, Mother! nous intrigue dès son annonce par son casting 5 étoiles : Jennifer Lawrence (qu’on ne présente plus) ; Javier Bardem (Vicky Cristina Barcelona, Skyfall) ; Michelle Pfeiffer (Scarface) et Ed Harris (The Truman Show et récemment la série à succès d’HBO Westworld).

Ecrit en cinq jours, Mother! divise la critique.

Dès les premières minutes du film l’intrigue est entièrement dévoilée : un couple composé d’un écrivain à succès (Javier Bardem) et d’une femme au foyer (Jennifer Lawrence) dans une maison de campagne, et dont la vie est chamboulée par la visite d’un autre couple d’apparence bien sous tous rapports.

C’est donc ici un scénario très classique qui se révèle être bien trop vite dévoilé au public et laisse peu de place à l’imagination tant les mouvements sont prévisibles.

Le film frôle la frontière du film d’horreur avec l’utilisation des standards et clichés de l’angoisse comme les traces de sang, le bruit des gouttes d’eau… Mais cette utilisation est parfaitement maitrisée pour créer une atmosphère sombre et un sentiment de malaise constant.

On retrouve également de (trop ?) nombreuses références à ses pairs comme l’insertion d’éléments fantastiques qui, dans cette ambiance, nous fait rapidement penser à Rosemary’s Baby de Polanski.

La plus grande qualité de ce film reste la prestation des acteurs (et notamment Jennifer Lawrence qui nous livre une splendide femme désœuvrée et paranoïaque) dont la mise en scène et la photographie très sobre laissent libre-cours aux acteurs et à l’expression de leurs sentiments. On regrettera quand même les essais d’imitations de Javier Bardem en Jack Torrance (alias Jack Nicholson) dans Shining.

On peut également ressentir à la fin de la séance un sentiment d’incompréhension quant au message que le réalisateur souhaite ici nous transmettre. En effet les nombreux sujets évoqués tels que le rapport à la religion, l’art, le couple (et la relation homme-femme) ou encore la célébrité peuvent égarer et perdre le spectateur.

Comme à son habitude, Aronofsky nous livre ici un film qui divise, certains y verront un film violent et sans intérêt, d’autres une œuvre complète à multiples messages. Le réalisateur renforce en tous cas son titre de maitre du film cauchemardesque !

 

 Aurélien Bourgeois.